vendredi 21 juillet 2017

Zoom sur la blogosphère #1 : Ladoryquilit




Je vous retrouve aujourd'hui avec un tout nouveau rendez-vous. Depuis quelques temps, je lis beaucoup moins, et du coup les chroniques sont moins nombreuses. Peu importe, de toute façon, le blogging doit rester un plaisir. 

Par contre, depuis peu j’aime suivre des blogs, lire leur chronique ou leur instant papotage. Du coup, j’ai eu envie de vous faire découvrir ces blogs. 

Je commence avec un blog qui me tient à cœur, puisque c’est celui de ma meilleure amie, Marion, ladoryquilit.
Pourquoi j’aime ce blog ? Outre le fait que Marion soit mon amie, j’aime surtout ses chroniques de qualités, ses interview et ses petites rubriques (ma préférée : les petits bonheurs de lecteur). 

Bonjour Marion, et merci à toi d'ouvrir le bal. 
 

1 - Comment t’es venu l’idée d’ouvrir ton blog ?

Après avoir pris la décision de quitter Pôle Culture sur lequel je faisais mes chroniques littéraires, il me fallait une solution pour continuer à partager cette passion pour les livres. J'ai longuement été réticente à l'idée d'ouvrir un blog pour plusieurs raisons et notamment le fait que cela prend beaucoup de temps, mais quelques personnes m'ont poussé à le faire, dont toi, et je me suis finalement lancée. LaDoryquilit est alors né. 

2 - Je sais que tu es une lectrice compulsive, comment choisis tu ta prochaine lecture ?

Au feeling, à l'envie. Autant parfois je sais prévoir les 3/4 livres que je veux lire à la suite, autant parfois il faut vraiment que je trouve le "bon" livre qu'il me faut à cet instant T. C'est lié à mon humeur, mon état d'esprit. Si je suis plutôt tristounette, je vais avoir besoin d'un roman feel good ou d'une romance, ça me permet en général d'évacuer cela par ce biais, à certains moments, je vais plutôt avoir besoin de lire un thriller qui me tiendra éveillé quelques heures. Et puis parfois j'attends un livre avec tellement d'impatience que, là, j'oublie tous les autres et que c'est lui que je veux lire !

3 - Allez, dis nous tout, à combien de livres s’élèvent ta PAL ?

Ohlala alors là non c'est secret-défense ! Je n'admettrai jamais à combien s'élève ma monstrueuse PAL, il faudrait me soudoyer ! Ou alors, je veux bien tout avouer à Chris Evans ou Robert Downey Jr, allez, tu me les ramènes et je t'avoue tout ok ? 

4 - Quel genre littéraire aimes-tu le plus ?

Difficile à dire, je lis de tout enfin non sauf du fantastique à vrai dire (ou alors c'est très très rare). Surtout de la littérature contemporaine, c'est ce que l'on trouve le plus dans ma bibliothèque. Mais je lis aussi bien être des romances, des thrillers (avec une préférence pour les thrillers psychologiques) que des romans chick-lit et plus rarement des témoignages.

5 – Qu’est ce qui va faire qu’un livre va être un coup de cœur ?

Cela va être les émotions qu'il me transmet. Il faut bien entendu que l'histoire soit maîtrisée, que l'écriture de l'auteure m'entraîne littéralement du début à la fin, mais si je ressens vraiment les émotions que l'auteur souhaite faire passer cela me fait flancher. J'adore qu'un livre me fasse frémir, qu'il me fasse frissonner de peur quand c'est un thriller par un exemple, ou qu'il me mette les larmes aux yeux (ou que les larmes coulent même aussi je l'avoue) par une histoire que l'on sent profonde et sincère. C'est ce que j'aime par-dessus tout dans la lecture, lire et m'évader tellement que j'ai l'impression de vivre et ressentir ce qui se passe dans le roman. 

6 – Quels sont tes auteurs préférés ?

Cela va refléter le fait que je lis vraiment de tout, en voici une belle petite brochette : Stephen King, Claire Favan, Cecelia Ahern, Marc Levy, Agnès Ledig ou encore Dan Brown, Jean-Christohe Grangé et Alexis Aubenque pour m'arrêter là. 

7 – Quel est l’endroit où tu préfères lire ?

Mon lit sans hésiter ! Que ce soit le jour, la nuit, c'est l'endroit où je me sens le mieux et surtout, comme dis plus haut, dans lequel je peux laisser libre cours à mes émotions pendant que je lis. J'aime aussi lire dans notre vieux fauteuil tout mou dans lequel je me tortille parfois pour m'installer vraiment comme je le souhaite, et dans ton petit coin de canapé quand je viens chez toi :) Je lis facilement aussi partout et même dans le bruit, j'arrive à "m'isoler" quand je plonge dans un livre.

8 – Concernant ton blog, chroniques-tu toutes tes lectures ? Et comment t’organises-tu ?

Eh bien non, j'ai fait le choix de ne pas forcément chroniquer tout ce que je lis. Certains livres une fois reposés ne me donnent pas envie d'en parler, donc bien souvent ce sont des livres que je n'ai pas forcément apprécié. En fait, ce sont les romans où je n'arrive pas à trouver un point positif et que je préfère donc oublier...
Question organisation, je prends le temps en général le matin de "blogger". J'essaie de prendre deux ou trois heures pour le faire, mais comme mon blog est un plaisir et que je ne veux pas me mettre de contrainte, je fais surtout à l'envie. Si je n'ai pas envie d'allumer le PC ce matin ? Tant pis cela attendra demain, ou si j'ai envie de le faire à minuit, alors allons-y ! Après quand je chronique, je "définis" ma lecture en cinq mots et après tout se tisse autour de cela, je commence en général par parler de mon ressenti à la lecture et je reviens ensuite sur l'histoire elle-même. Après il ne me reste plus qu'à tout mettre dans le bon ordre.

9 – La lecture et ton blog te prennent beaucoup de temps, mais qu’aimes-tu faire d’autres quand tu n’as pas le nez plonger dans un livre ?

J'aime aller au cinéma, écouter la musique, aller à des concerts aussi même si cela est rare. Au quotidien, j'aime conduire (oui oui), les coloriages art-thérapie, me promener, partir en vadrouille. Des plaisirs tout simples en soi, mais je n'ai pas de passion aussi forte que la lecture, je dois avouer. 

10 – Si tu devais convaincre un non lecteur de se mettre à la lecture, que lui dirais-tu ?

Que si l'envie de lire est là, il ne faut pas hésiter, mais qu'il ne faut pas le ressentir comme une contrainte. Envie de lire un magazine ? Une BD ? Un vieil Harlequin tout racorni trouvé chez mamie ? Un témoignage dont on a parlé à la TV ? Il ne faut pas hésiter, le principal est de lire et de se faire plaisir ! Chaque livre a son lecteur ! La lecture ouvre de merveilleuses portes à l'imaginaire, à l'évasion, aux voyages et à la connaissance. Ouvrir un livre, c'est prendre le risque de s'évader littéralement sans bouger, le meilleur risque qui soit non ?

 

Un grand merci à Marion, et j'espère que cela vous aura donner l'envie d'aller découvrir ce super blog !! Je vous dis à bientôt pour un nouveau Focus Blog.





lundi 17 juillet 2017

Top 3 du mois de Juin


Je vous retrouve pour mon top 3 des lectures de Juin. Le mois de juin aura été un mois en demi-teinte côté lectures. J'ai lu 10 livres, 3 gros coups de coeur, de belles suprises mais également quelques déceptions.

Voici donc les 3 livres que je retiendrai pour le mois de Juin

3e position : Tu tueras l'ange de Sandrone Dazieri (chronique ici)
J'avais lu et adoré Tu tueras le père et j'ai retrouvé avec grand plaisir l'écriture de Sandrone Dazieri dans ce deuxième opus. Je n'ai pas été déçue par cette suite, et je peux vous dire que j'attends avec grande impatience le troisième volet de cette trilogie. 

2e position : Tu as promis que tu vivrais pour moi de Carène Ponte (chronique ici)
Énorme coup de coeur pour ce roman. On pourrait penser que ce livre est triste, pas du tout ! Oui bien sûr, le début est triste, je ne vous mens pas, mais ensuite c'est une vraie bouffée de bonheur, de bonne humeur et de vie ! 

1ère position : Le tueur intime de Claire Favan (chronique à venir)
Là c'est LA claque du mois de juin ! J'ai littéralement dévoré ce livre et c'est un énorme coup de coeur. J'ai hâte de me plonger dans la suite de ce roman. Un excellent thriller à lire !!






jeudi 13 juillet 2017

Enquête aux volets bleus - Kate Oliver

Synopsis : Rosetta Bancale a été placée contre son gré en maison de retraite par sa fille unique pour un début d'Alzheimer. Elle intègre alors un groupe de six « résistants » pratiquement abandonnés par leurs familles, mais à l'aise financièrement. Leur devise : rire, boire et bien manger, malgré les restrictions de l'établissement.
Le petit club fait les quatre cents coups, transgresse allègrement le règlement et se venge des mesquineries du personnel, mais chacun reste évasif sur son passé… Un des sept membres, surnommé « le Capitaine », se fait prendre dans les filets d'Annette, une auxiliaire de vie cupide qui cherche à se faire épouser. Mais elle est un jour violemment poussée dans l'escalier…
Un inspecteur de police va alors enquêter et découvrir le passé peu reluisant de certains des pensionnaires, la vie tourmentée ou malheureuse de quelques autres, et le chantage financier exercé par Annette sur celui ou celle qui a changé de sexe et qui ne voudrait pas que son secret soit divulgué.
Pour compliquer encore un peu plus l'enquête, chaque membre du club va s'accuser du « crime » pour protéger ses amis...


J'ai lu ce livre en service presse via le site simplement pro. Le résumé m'intriguait énormément et la couverture aussi.

Dans Enquête aux volets bleus, nous rencontrons Rosetta qui va être placée contre sa volonté en maison de retraite par sa fille. En  effet cette dernière doit partir vivre au Brésil et s'inquiète pour sa mère qui présente un début d'Alzheimer. Nous allons donc suivre l'installation et la nouvelle de vie de Rosetta au sein des Volets Bleus, sa nouvelle résidence.

Je m'arrête là pour l'histoire, la quatrième de couverture en dévoilant déjà beaucoup trop. Autre chose : ne vous attendez pas à un polar ou un enquête policière poussée, que nenni !

Ce livre est frais, cynique à souhait et bourré d'humour. C'est un livre qui se lit rapidement. Le style de l'auteur est percutant et fluide. Bref c'est une bouché d'oxygène et de bonne humeur. Pourtant le sujet abordé est grave puisqu'il traîte de l'abandon, de la vieillesse et des conditions de vies dans certaines maisons de retraite infantilisant ses résidents. Mais là où Kate Oliver fait très fort c'est qu'elle arrive à nous faire rire malgré le sérieux de certaines situations.

Les personnages sont habilement travaillés et surtout très drôles ! Chacun a sa petite touche personnelle. Mais j'avoue que Rosetta a ma préférence. Quel bout de femme extraordinaire ! Elle n'a pas sa langue dans sa poche et ne se laisse pas faire. Parfois drôle, souvent cynique elle met son grain de sel partout et compte bien mener sa petite bande à la baguette. Tantôt énervante, tantôt touchante, Rosetta ne vous laissera pas indifférent, quoiqu'il en soit.

"Je ferai le mur, ou la grève de la faim, je déambulerai en tenue d'Eve dans les couloirs s'il le faut, je lancerai des boulettes de pain dans l'assiette de mes voisins, je cracherai dans leurs verres, je chanterai des chansons paillardes au milieu de la nuit, je pisserai dans mon lit, et je pousserai même des fauteuils roulants et leurs locataires dans l'escalier !
Planquez-vous les vieilles, mémé Maléfique débarque !"


Mais au-delà de l'humour et du grotesque, il y a des sentiments bien plus profonds. En effet chaque pensionnaire va nous livrer un bout de son passé, et on s'aperçoit vite qu'ils ont tous eu des vies différentes et pas toujours évidentes. Mais l'auteur va plus loin encore dans son message en pointant du doigt les personnes viles qui profitent de la faiblesse des personnes âgées. Et on le sait tous : elles existent ! Puis enfin, et surtout, Kate Oliver parle de la progéniture de ces personnes. Entre le neveu qui vient une fois l'année pour assurer son héritage. La fille qui n'a jamais le temps de venir voir sa mère, mais qui a le temps de partir en vacances et j'en passe... 

Personnellement, ce roman est un bon livre agréable, à lire pour se détendre mais pas que ! Installez-vous bien dans votre canapé (ou votre transat) et partez à la résidence des Volets Bleus, et découvrez cette bande des Joyeux drilles.

Merci à IS Editions & Simplement Pro.






Nos livres du grenier : Bazaar de Stephen King



Je vous retrouve aujourd'hui pour un nouvel article de cette rubrique. Encore une fois, c'est un livre de Stephen King que je vous présente, mais pas n'importe lequel. C'est LE livre que je préfère de cet auteur, LE livre qui m'a inspiré le nom de mon blog. Je ne relis jamais les livres que j'ai déjà lu, sauf un : Bazaar. Et à chaque fois c'est toujours avec le même plaisir. Je viens d'ailleurs de le relire. 

Bazaar c'est un livre qui met en lumière le génie de Stephen King. Ce roman fait plus de 800 pages et pourtant il se lit avec une rapidité à toute épreuve. Une fois commencé, impossible de le lâcher. Une fois n'est pas coûtume, l'histoire de Bazaar se déroule à Castle Rock. D'ailleurs on retrouve avec plaisir certains personnages d'autres romans de Stephen King, des références à Cujo ou encore la part des ténèbres. Castle Rock cette petite ville du Maine où tout le monde vit en connaissant tout le monde. C'est dans cette bourgade, que  va venir s'installer Leland Gaunt en ouvrant sa boutique au nom des plus charmeurs : le bazar des rêves. Bien évidemment l'ouverture de cette boutique va intriguer les habitants et susciter un réel intérêt de leur part. Tous vont d'ailleurs s'y succéder un par un pour découvrir les trésors cachés de Leland. Parce que oui, Leland possède des trésors. En fait, il possède l'objet que chacun rêve d'avoir, sans aucune exception. Dès lors, peu importe le prix à payer, chacun voudra l'obtenir. Nulle question de prix chez Leland, il demande des sommes dérisoires et juste un petit service à lui rendre en plus. Et peu importe si ce qu'on doit faire est mal. De toute façon, comme le dit Leland, c'est juste une petite blague à faire, rien de bien méchant. 

La multitude de personnages peut peut-être rendre l'histoire difficile à suivre, mais honnêtement tout s'imbrique tellement bien que si on suit, on se rend rapidement compte du plan machiavélique mis en place par Leland. Et le final explosif est la cerise sur le gâteau. Stephen King nous plonge dans l'horreur, l'hémoglobine et la folie des gens, comme il sait si bien le faire.

Oui, vous l'aurez compris, j'adore ce livre, je ne m'en lasse pas. Même en connaissant l'histoire, je prends toujours autant de plaisir à le relire, parce que le message laissé par Stephen King est très fort. Jusqu'où l'avidité des gens peut-elle aller ? Dans ce roman, vous verrez qu'elle peut aller loin, très loin. 

Je vous laisse quelques extraits du livre, ainsi que le résumé si le coeur vous en dit. 

"Rien que des choses bien ordinaires, c’est ce que vous allez observer, je parie ; mais tous nos ennuis, à Castle Rock, ne sont pas ordinaires. Je me charge de vous le prouver. Ici on n’a pas oublié Frank Dodd, le type qui faisait traverser les enfants et qui est devenu fou, il y a douze ans, et qui a tué toutes ces femmes ; et on n’a pas oublié non plus le clébard, celui qui avait la rage et qui a tué Joe Camber, puis le vieil alcoolo qui habitait à côté de chez lui" 


"Moi non plus, je ne le sais pas, mais c’est de là que semblent venir mes mauvais pressentiments. Juste de là. Regardez la rue encore une fois. Vous voyez ce p’tit gars ? Celui qui pousse sa bicyclette et qui a l’air de marcher en rêvassant aux choses les plus agréables du monde ? Ne le perdez pas de vue, mon ami, je crois que c’est avec lui que tout va commencer." 


« Sois-moi fidèle, et tu prendras ton pied. Sois-moi fidèle, et tu pourras te payer tous ceux qui t’en ont fait baver, à Castle Rock. Sans compter que tu en repartiras plein aux as. Mais si jamais tu me trompes, tu passeras le reste de l’éternité à hurler. »


"Tôt ou tard, quelqu'un qui souffre finit par explorer même les voies les plus douteuses, si celles-ci ont la moindre chance de se traduire par moins de douleur, dit Mr Gaunt. Vous ne croyez pas ?"


"Il avait découvert une autre grande vérité sur la notion de possession et de l'état psychologique particulier qui en est la conséquence : plus on a d'épreuves à endurer à cause de quelque chose que l'on possède, plus on tient à cette chose."


Synopsis King ou l'art d'enraciner dans les petits faits les plus insignifiants de la vie quotidienne le suspense et l'épouvante. Bazaar est au coeur de Castle Rock, cette petite ville américaine où l'auteur a situé nombre de ses thrillers tels Cujo, La Part des ténèbres ou Les Tommyknockers... Une poudrière où s'accumulent et se déchaînent toute la violence et la démence que recèle l'âme de chacun. Jusqu'à l'implosion. King ou l'art de rayer une ville de la carte par la seule force de la haine. De ces haines qui vous font mourir ou tuer.