jeudi 19 avril 2018

L'appât - Daniel Cole

Synopsis : Entre les impressionnants piliers de granite du pont de Brooklyn, un réseau de filins d’acier quadrille l’espace. Tel un insecte pris au piège, le corps brisé de William Fawkes éclipse les premiers rayons du soleil. Un mot est gravé sur son torse mutilé : APPÂT.
Cette sinistre mise en scène n’est que la première d’une longue série. Tandis que les meurtres se succèdent de chaque côté de l’Atlantique, Emily Baxter, nouvellement promue inspecteur principal, et deux agents spéciaux américains vont devoir collaborer afin d’identifier l’architecte de cette toile diabolique…


J'avais adoré Ragdoll et j'avoue que j'attendais cette suite avec grande impatience. J'avais très peur d'être déçue, mais cela n'a pas été le cas...En effet, avec l'appât là on est au-dessus et très largement.

Dans l'appât, nous sommes après l'enquête Ragdoll, aux Etats-Unis. Un corps mutilé est retrouvé avec une étrange mise en scène. Sur son torse le mot "Appât" est gravé. L'homme s'appelait William Fawkes, mais ce n'est pas notre célèbre enquêteur qui a disparu à la fin de Ragdoll, c'est un homonyme. N'ayant aucun indice concret, à part cette référence, le FBI fait appel à Emily Baxter qui vient d'être promue inspecteur principal outre-Atlantique. Mais lorsqu'un meurtre va être commis à Londres avec une victime portant le mot "Marionnette" gravée sur le torse, l'enquête va se compliquer. Les meurtres vont se succéder aux Etats-Unis et également à Londres en parallèle. L'enquête est complexe et nos enquêteurs piétinent impuissants face aux meurtres de plus en plus cruels. Quelqu'un tire les ficelles mais qui ?


Voilà pour l'histoire... Maintenant place à mon ressenti... OUAH !! OUAHHHH !!! L'appât est un putain de bon bouquin !! Moi qui avais peur d'être déçue, j'ai été servie ! Daniel Cole place la barre très haute avec cette suite ! Dès les premières pages, on est dans l'ambiance, c'est une lecture où la tension va nous tenir en haleine jusqu'à la fin. Impossible de décrocher. Une intrigue habilement ficelée et un doute permanent qui s'insinue dans notre tête de lecteur pour n'être levé qu'à la toute fin par l'auteur. Franchement moi je dis chapeau Monsieur Cole ! Faire encore plus fort sur une suite ce n'est pas donné à tout le monde.

On assiste à des mises en scènes incroyables de la part des tueurs, des scènes fortes en émotions, en sensations. C'est d'ailleurs tellement bien décrit qu'on imagine très bien ce que cela peut donner. D'ailleurs je ne serai pas étonné si il y a un jour une adaptation cinématographique, parce que franchement y'a vraiment matière à faire un excellent film !  La tension monte d'un cran à chaque page, et on espère juste qu'Emily Baxter va tenir le coup. Heureusement elle peut toujours compter sur Edmunds (le jeune stagiaire qui faisait parti de l'équipe de Ragdoll). Certains passages m'ont laissé essouflée tellement j'ai retenu mon souffle tout au long de la lecture.  La question que vous allez sûrement poser : doit-on avoir lu Ragdoll avant ? Non, pas forcément, par contre ce serait dommage et en plus vous passerez à côté de certaines références dans l'appât et du coup, vous risquez de ne pas forcément tout capter.

Bref, vous l'avez compris, l'appât est un énorme coup de coeur ! Et je n'ai qu'une hâte : que la suite arrive viiiiite ! Surtout avec une fin pareille !!

L'appât est disponible chez La Bête Noire.



Merci à Netgalley.

mardi 17 avril 2018

Fantazmë - Niko Tackian

Synopsis : Une nouvelle enquête du commandant Tomar Khan.
Comment être un bon flic quand les victimes sont aussi des bourreaux ?

Janvier 2017. Dans une cave du 18e arrondissement de Paris, un homme est retrouvé, battu à mort. Sur place, beaucoup d’empreintes et un ADN ne correspondant à rien dans les fichiers de police. Le commandant Tomar Khan pense à un règlement de compte. Le genre d’enquête qui restera en suspens des années, se dit-il.
Mais voilà, l’ADN relevé sur les lieux a déjà été découvert sur le corps d’un dealer albanais, battu à mort dans une cave lui aussi. Et bientôt la rumeur court dans les quartiers chauds de Paris, celle d’un tueur insaisissable, un Fantazmë, le « spectre » en albanais.
Tomar et son équipe se lancent dans l’enquête et seront très vite troublés par le parcours des victimes, qui de leur vivant cultivaient carrément le sordide. Pourtant Tomar s’accroche à son devoir de flic, d’autant plus que son avenir lui semble menacé : un lieutenant teigneux de l’IGPN, la police des polices, a convoqué son adjointe, Rhonda, pour l’interroger sur un couteau, une pièce à conviction dans une affaire de meurtre mystérieusement disparue des Archives. Or, ce couteau, c’est celui de Tomar, et si on remonte jusqu’à lui…


Quel plaisir de retrouver le commandant Tomar Khan !! Je l'avais découvert avec Toxique que j'avais adoré. Alors lorsque j'ai eu la possibilité de sollicité ce nouveau titre sur Netgalley, je n'ai pas hésité une seule seconde.

Dans Fantazmë, on retrouve donc avec grand plaisir le commandant Khan et son équipe. Lorsqu'ils arrivent sur une scène de crime dans une cave, tous pensent à une banale enquête de routine. Un homme est retrouvé roué de coup, battu à mort. Khan pense à un réglement de compte. Aucune preuve sinon un ADN inconnu. Cela sent l'affaire sans suite. Mais voilà que ce même ADN a finalement déjà été retrouvé sur un autre meurtre : celui d'un dealer Albanais. A-t-on affaire à un tueur en série ? Khan et son équipe vont se lancer sur ce "Fantazmë" afin de découvrir qui il est et l'arrêter.

Toxique avait été un coup de coeur. Fantazmë en est un également. Tomar Khan est vraiment LE genre de flic que j'adore. Son passé le torture, l'empêche de dormir mais il est toujours là, prêt à tout pour découvrir la véritable identité de ce Fantazmë.  Faut-il avoir lu Toxique avant ? Non cela n'est pas nécessaire. Toutefois, je vous le conseille afin de bien comprendre certaines parties du roman. Notamment lorsque l'inspecteur de l'IGPN commence à enquêter sur Tomar. 

L'intrigue de Fantazmë est habilement mené et une fois n'est pas coutume, Niko Tackian joue avec nos nerfs. Il a l'art et la manière de nous trimballer comme il veut. Autre point que j'adore chez cet auteur c'est la façon de peindre ses personnages. Le flic torturé dans tous les thrillers on en marre, il faut bien l'avouer, mais là avec Khan c'est différent. On s'attache à lui, on tremble pour lui, on s'inquiète pour lui. Mais surtout ce que j'aime avec Niko Tackian c'est que c'est réaliste. Le quotidien des flics est bien décrit : le stress, la fatigue, le manque de moyen. 

Bref, en conclusion Fantazmë est un thriller que j'ai beaucoup aimé ! A présent, Tomar Khan est un personnage sur qui il faudra compter, peut être au même titre que Victor Coste pour ma part. 

Fantazmë est disponible chez Calmann-Levy et on attend la suite avec grande impatience !! 




mercredi 11 avril 2018

Le fruit de ma colère - Mehdi Brunet

Synopsis : Le jour où Ackerman vient demander de l'aide à Josey Kowalsky, le compte à rebours a déjà commencé.
Il faut faire vite, agir rapidement.
Josey n'hésite pas un seul instant à venir au secours de cet homme qui, par le passé, a su le comprendre.
Ensemble, ils vont découvrir que la colère et la vengeance peuvent prendre bien des visages.
Et s'il était déjà trop tard ? 


C'est toujours dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Taurnada que j'ai reçu Le fruit de ma colère. J'avais dès lors décidé de sortir de ma PAL Sans raison (chronique ICI ) afin de bien m'imprégner de l'univers de Mehdi Brunet.

Dans Le fruit de ma colère, nous retrouvons deux personnages rencontrés dans Sans raison, à savoir Ackerman, l'inspecteur de police qui aujourd'hui ne fait plus partie de la police, et Josey Kowalsky. Suite à sa vengeance menée contre les meurtriers de sa femme et de sa fille, Josey a immigré à l'étranger et tente de reconstruire sa vie. Lorsqu'Ackerman frappe à sa porte, Josey Kowalsky est d'abord inquiet et surpris. Très vite, il va comprendre qu'Ackerman n'est pas là pour l'arrêter mais pour lui demander de l'aide. En effet, son frère jumeau a disparu dans d'étranges circonstances, et il sait que Josey est LA personne parfaite pour l'aider à le retrouver.

J'avais tellement aimé Sans raison, que je vous avoue que j'avais un peu d'appréhension en débutant ma lecture. Alors je ne vous fais pas attendre plus et oui j'ai beaucoup aimé ce livre. Malgré tout j'ai une préférence pour Sans raison, il faut bien le dire. Dans le fruit de ma colère, on retrouve le style "hargneux" de Mehdi Brunet, des personnages forts et une intrigue rondement menée. C'est un livre qui se lit rapidement tellement on a envie d'en connaître l'issue. Mehdi Brunet joue avec nos nerfs et il le fait bien ! Si dans Sans raison nous étions dans une histoire de pure vengeance, une chasse à l'homme haletante, dans Le fruit de ma colère on est plus sur une enquête. J'avais un peu peur de lire du réchauffé, je dois bien le dire, mais non pas du tout, Mehdi Brunet sait se renouveler pour nous offrir une nouvelle histoire. Toutefois, on ressent toujours cette même noirceur, et la violence de certaines scènes. On ne fait pas dans la dentelle avec Josey Kowalsky ! Et c'est avec un plaisir non dissimulé qu'on tourne les pages de ce livre très addictif.

Le fruit de ma colère est une suite sans vraiment en être une, puisque les deux livres peuvent se livre indépendamment. Malgré cela, je suis contente d'avoir lu Sans raison avant, dans la mesure où certaines références et certaines situations se comprennent mieux en ayant lu les deux. Avec ce thriller, Mehdi Brunet confirme qu'on peut compter sur lui à l'avenir. Ce que j'aime particulièrement dans ces deux histoires, c'est qu'on peut très facilement s'identifier aux personnages. Si on touchait à un être qui nous est cher, n'aurait-on pas envie, nous aussi de tout mettre en oeuvre pour le retrouver ?

En conclusion, Le fruit de ma colère est un livre que j'ai beaucoup aimé où l'on croise des personnages torturés mais aussi des illuminés prêts à tout.

Un grand merci à Joël des éditions Taurnada pour sa confiance renouvelée.

 

lundi 2 avril 2018

Sans raison - Mehdi Brunet

Synopsis  : Je suis dans cette chapelle, avec ma femme et mes deux enfants, je regarde le prêtre faire son sermon, mais aucun son ne me parvient.
Je m'appelle Josey Kowalsky et en me regardant observer les cercueils de ma femme et de ma fille, mon père comprend.
Il comprend que là, au milieu de cette chapelle, son fils est mort. Il vient d'assister, impuissant, à la naissance d'un prédateur. 


Lorsque Joël des éditions Taurnada m'a contacté pour me proposer le dernier roman de Mehdi Brunet en SP, j'ai bien évidemment accepté, tout en me souvenant que son premier roman était dans ma PAL. Comme il s'agissait d'une suite, j'ai donc préféré commencé par lire Sans raison. 

Sans raison c'est l'histoire de Josey Kowalsky, cet homme simple sans histoire va se retrouver au coeur d'une terrible histoire. En effet, alors qu'il est à un match avec son fils, sa femme et sa fille se font enlever. Quelques jours plus tard il reçoit par mail une terrible vidéo montrant les sévices qu'elles subissent. Agacé par le peu d'efficacité de la police, Josey va décider de partir lui-même à leur recherche. Mais lorsqu'on retrouve leurs corps Josey va alors prendre un tout autre chemin : celui de la vengeance. Il retrouvera les hommes qui ont fait çà et il les fera payer. 

Je m'arrête là pour l'histoire. Sans raison est un livre fort et intense. Josey Kowalsky est un homme brisé par le décès de sa femme et sa fille. Plus encore il veut faire payer aux ordures qui ont fait cela, et pour y parvenir il est prêt à tout.

Le style de Mehdi Brunet est direct et incisif. Il ne laisse aucune place aux doutes quant aux intentions de ses personnages. Une fois ouvert, il est alors impossible de refermer ce livre, tant vous êtes pris dans l'engrenage. On assiste à la transformation de Josey, de bon père de famille il va devenir un mercenaire sans pitié. Même si ce qu'il fait est punissable, personnellement je l'ai compris. J'imagine que lorsqu'on touche à ce qu'on a de plus précieux dans la vie, à savoir sa femme et sa fille, on peut facilement décider de faire justice soi-même.  Certaines scènes sont parfois dures à lire et au fil des pages la noirceur s'installe.

En conclusion, Sans raison est un livre que j'ai beaucoup aimé, et d'ailleurs, je me suis empressée de me plonger dans Le fruit de ma colère, la suite des aventures de Josey Kowalsky, toujours publié aux Editions Taurnada, dont je vous parlerai un peu plus tard.

Un grand merci à Joël des éditions Taurnada.

 

mardi 27 mars 2018

A la recherche du petit ami insaisissable - Nick Alexander

Synopsis : CC a trente-neuf ans et tout semble lui réussir : elle occupe un poste à responsabilités dans une agence de publicité, vit dans un superbe appartement et a une bande d’amis homos fêtards avec qui sortir tous les week-ends.

lundi 26 mars 2018

La fille du roi des marais - Karen Dionne

Synopsis : En devenant une épouse et une mère comblée, Helena pense avoir accédé à la vie à laquelle elle aspirait. Mais quand un détenu s'évade d'une prison de sa région, elle mesure son erreur : comment a-t-elle cru qu'elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé ?
Car Helena a un secret : elle est l'enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena a adoré cette enfance de sauvageonne. Même si son père était parfois brutal, elle l'aimait... jusqu'à ce qu'elle découvre toute sa cruauté.
Et malgré la chasse à l'homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n'a aucune chance de l'arrêter. La seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c'est sa fille.


C'est dans le cadre d'une masse critique privilégiée Babelio que j'ai reçu ce livre. Le résumé m'a tout de suite tenté. 

Helena est mariée et maman de deux petites filles. Elle a une vie paisible et dont elle a toujours rêvée. Tout va pour le mieux jusqu'au jour où elle apprend l'évasion d'un détenu. Ce détenu, c'est son père. Helena pensait à tort pouvoir faire un trait sur son passé. Elle a tout fait pour l'oublier et l'effacer mais voilà avec son père dans la nature, Helena n'a pas d'autres choix que de faire face. Elle sait que la police ne retrouvera pas son père, elle seule peut le retrouver. Elle va donc partir sur ses traces. 

La fille du roi des marais est un livre que j'ai vraiment beaucoup aimé. Il m'a tenu en haleine du début à la fin. Pourtant des histoires de kidnapping et de séquestrations j'en ai déjà lu un paquet. Mais là c'est autre chose. En effet, Helena n'est pas la victime et de ce fait le point de vue est complètement différent. L'alternance passé/présent permet de bien comprendre ce qu'a vécu Helena et pourquoi elle seule peut retrouver son père. Helena a eu un passé qu'on qualifierait de douloureux, mais pas elle. Bien sûr en grandissant, elle a rapidement compris que son père n'agissait pas normalement, mais elle n'a pas connu autre chose que cette cabane. Et les premières années de sa vie sont pour elle des souvenirs plutôt heureux. Helena n'est pas un personnage auquel on s'attache, car de par son passé, elle a un côté distant et froid. Mais plus on avance dans la lecture, et plus on comprend. Son éducation "à la sauvage et à la dure" l'a conditionné à ne pas montrer ses sentiments. Et le retour à la vie "normale" sera une épreuve difficile pour Helena. L'adulte qu'elle est devenue ne peut occulter tout ce qu'elle a vécu. Aussi, même si je ne l'ai pas trouvé attachante, moi, elle m'a touché, parce que justement les flash-backs permettent de bien comprendre sa personnalité.

Lorsqu'elle va se lancer à la poursuite de son père, le suspens monte d'un cran car c'est vraiment une chasse à l'homme à laquelle on assiste. Mais si Helena a tout appris de son père, il reste l'expert et ce ne sera donc pas une partie facile à jouer. Ce n'est pas tant la poursuite qui m'a tenu en haleine, c'est surtout l'attente de la confrontation entre le père et la fille.

Autre point qui m'a beaucoup plu c'est le rapport à la nature. Dans ce roman elle est omniprésente. Et Karen Dionne réussit à nous transporter dans son univers. C'est tellement bien écrit, que par moment on a juste l'impression d'entendre les bruits de la nature qui entourent Helena.

En conclusion, La fille du roi des marais est une lecture intense et addictive. Je le recommande vivement !!

Partez avec Helena au fin fond du Michigan et allez à la rencontre du Roi des Marais.

Merci à Babelio et aux Editions J.C Lattès pour cette lecture.



mardi 13 mars 2018

De la terre dans la bouche - Estelle Tharreau

Synopsis : Les vieux de Mont-Éloi savent pourquoi ils s'aiment ou se détestent, même si les autres l'ignorent. La seule histoire à laquelle il faut croire est celle qu'ils ont écrite au musée de la Chênaie. Elsa refusera cette vérité lorsque sa grand-mère lui lèguera une maison perdue dans la forêt, à deux pas d'un village martyr. Guerre. Occupation. Épuration. Quarante années ne seront jamais suffisantes pour oublier et chasser les fantômes du passé ! 

C'est dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Taurnada que j'ai reçu ce livre d'Estelle Tharreau, auteure que j'avais découverte avec L'impasse. Aussi c'est avec grand plaisir que je me plonge dans son nouveau roman. 

De la terre dans la bouche commence par un héritage. Celui qu'Elsa reçoit à la mort de sa grand-mère : une maison perdue dans la forêt. Maison dont Elsa n'a jusque là jamais entendue parler. Alors elle se demande pourquoi sa grand-mère lui lègue. Passée la surprise et l'incompréhension, Elsa décide alors de se rendre à Mont-Eloi pour découvrir cette mystérieuse maison, appelée "La Braconne". Son arrivée sur les lieux ainsi que sa ressemblance frappante avec sa grand-mère vont réveiller de vieilles blessures du passé. Rapidement, Elsa va comprendre que de nombreux secrets existent autour de cette maison. Elle va alors enquêter pour tenter de comprendre. Oui mais voilà, certaines blessures du passé ne sont pas faites pour être ravivées.

Je m'arrête là pour l'histoire. Avec de la terre dans la bouche, c'est une véritable plongée dans le passé que nous offre Estelle Tharreau, plus précisément la seconde guerre mondiale. Mont-Eloi est un village martyr qui a souffert de l'occupation allemande, avec son lot de résistants mais également de collaborateurs. Le personnage d'Elsa va raviver tout ce passé enfoui et ce ne sera pas au bon goût de tout le monde. Dès le départ, on se demande bien où va nous entraîner toutes ces histoires. Et puis, au fil des pages on va se retrouver pris dans l'histoire et de ce fait, je me suis vue tourner pages après pages sans m'en rendre compte. Mais outre une intrigue passionnante, ce que j'ai aimé par dessus tout c'est les références historiques. L'intrigue s'intègre parfaitement dans les évènements de l'Histoire et c'est en cela que je trouve que ce roman est une parfaite réussite.

Encore une fois, Estelle Tharreau nous livre un roman réussi, avec une intrigue maîtrisée et des personnages entiers. De la terre dans la bouche, c'est avant tout une histoire de familles, de secrets. Mont-Eloi est un village qui a souffert et qui a fait comme il a pu pour survivre à l'atrocité de la seconde guerre mondiale. Alors forcément, les anciens du villages voient vraiment d'un très mauvais oeil l'arrivée d'Elsa et son envie de déterrer le passé.

En conclusion, De la terre dans la bouche est un véritable coup de coeur me concernant. Alors honnêtement, ne tardez plus à découvrir Estelle Tharreau si ce n'est pas déjà fait. C'est une auteure qui vaut le détour !

Un grand merci à Joël des éditions Taurnada qui m'offre toujours des moments de lectures agréables.




lundi 12 mars 2018

Deux seconces en moins - Marie Colot & Nancy Guilbert

Synopsis : Depuis qu'un accident de voiture l'a complètement défiguré, Igor se mure dans le silence. Sa rancune envers son père, responsable de l'accident, est immense, comme sa solitude.
Rhéa sombre dans le chagrin après le suicide de son petit ami. Encore sous le choc, elle ne sait plus à qui ni à quoi se raccrocher dans la ville où elle vient d'emménager.
Pour l'un et l'autre, tout s'est joué à deux secondes.
Deux secondes qui auraient pu tout changer. ...
Et pourtant, Igor et Rhéa reprennent jour après jour goût à la vie en se raccrochant à la musique.
Une fantaisie de Schubert et un professeur de piano pas comme les autres vont les réunir et les mener sur un chemin inespéré.


C'est dans le cadre d'une masse critique privilégiée de Babelio que j'ai reçu ce livre. Le résumé m'a tout de suite interpellé. 

Deux secondes en moins, c'est un roman écrit à quatre mains par Marie Colot et Nancy Guilbert. Elles se partagent les deux personnages : Igor & Rhéa. Ces deux jeunes gens vivent tous les deux un drame. Igor, qui est complétement défiguré suite à un accident de voiture en veut terriblement à son père (qui conduisait au moment de l'accident) et se mure dans le silence, ne sortant même plus de chez lui. Rhéa quant à elle vient de perdre son petit ami qui s'est suicidé. Elle culpabilise de n'avoir pu l'aider, et doit en plus prendre ses marques dans cette nouvelle ville où elle vient d'emménager. Tous les deux ont un point commun : le piano. Et c'est un professeur de piano, lui-même écorché par la vie, qui va leur réapprendre à aimer la vie. Comment ? En les réunissant sur un morceau à quatre main.

Je ne vous en dirai pas plus sur l'histoire. Deux secondes en moins est un livre qui m'a beaucoup touchée. Nos deux personnages sont terriblement touchants. Les drames qu'ils ont vécus les ont rendus fragiles et c'est la passion pour le piano qui va les aider à refaire surface. J'avais peur en ouvrant ce livre, que ce soit bourré de clichés, en fait non. On ressent bien la souffrance des personnages. Elle est différente bien sûr. Rhéa semble doucement sombrer dans la dépression, quant à Igor, c'est la colère et la rage qui le font avancer. Se remettre au piano pour Rhéa est une épreuve difficile, et c'est dans la souffrance qu'elle y parviendra, grâce à son professeur de piano qui semble pouvoir tout comprendre et tout entendre. Igor, quant à lui, passe des heures sur son piano, s'acharnant encore et encore pour toujours épater ce même professeur qui est pour lui, l'adulte important dans sa vie.

L'idée d'un morceau à quatre mains pour un roman écrit à quatre mains est vraiment originale. Et je trouve que l'alternance des chapitres Igor/Rhéa fonctionne très bien. On apprend tout doucement à connaître l'un et l'autre et à s'y attacher. J'ai eu beaucoup de compassion pour ces deux adolescents. Le personnage du professeur de piano est également très intéressant, dans la mesure où il est l'adulte à même de comprendre ces deux jeunes. Il ne les juge pas, je dirai même qu'il les accompagne tous les deux sur le chemin de la guérison. Et puis une mention particulière à Obama, un personnage plus qu'attachant. Mais je vous laisse le découvrir.

En conclusion, Deux secondes en moins est un roman jeunesse qui aborde des sujets graves et sensibles. Le style des deux auteures est complémentaires ce qui donne une lecture super agréable.


mercredi 7 mars 2018

La chambre des merveilles - Julien Sandrel

Synopsis : Louis a 12 ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, à son travail sûrement. Alors il part, fâché et déçu, avec son skate, et traverse la rue à fond. Un camion le percute de plein fouet.

Le pronostic est sombre. Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a dressé la liste de toutes ses « merveilles », c’est-à-dire les expériences qu’il aimerait vivre au cours de sa vie.

Thelma prend une décision : page après page, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut–être que ça l’aidera à revenir. Et si dans quatre semaines Louis doit mourir, à travers elle il aura vécu la vie dont il rêvait.

Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans…


Qu'elle n'a pas été ma surprise lorsque j'ai reçu ce livre dans ma boîte aux lettres. Déjà en découvrant la couverture, ça été le coup de foudre, ensuite en lisant le résumé puis la lettre accompagnant l'envoi, j'étais presque déjà conquise. 

La chambre des merveilles c'est l'histoire de Thelma et Louis. Thelma est maman solo et elle élève Louis, 12 ans. Un matin, alors qu'ils sont en chemin pour rendre visite à la mère de Thelma, Louis veut confier quelque chose à sa mère, mais celle-ci est accaparée par son travail et son téléphone. Vexé, Louis s'élance alors avec son skate et traverse la rue. C'est alors qu'un camion le percute. Plus rien ne sera comme avant pour Thelma. Louis est plongé dans un profond coma, et le docteur lui annonce que si il n'y a aucune amélioration d'ici 4 semaines, il faudra alors débrancher les machines qui le maintiennent "en vie". Pour Thelma c'est l'hécatombe, son monde s'écroule. En rentrant chez elle, elle découvre, dans la chambre de Louis, un carnet : le carnet des merveilles. Les merveilles ce sont toutes les choses que Louis voudrait vivre au cours de sa vie. Thelma prend alors une décision folle : puisque Louis est dans le coma, elle va les vivre ces merveilles, pour Louis, pour elle. 

Voilà je m'arrête ici pour l'histoire. La chambre des merveilles est le premier roman de Julien Sandrel. Et honnêtement quel premier roman ! Je ne vous fais pas languir plus que çà, ce livre a été un véritable coup de coeur ! Après l'avoir refermé, j'ai eu envie de serrer très fort dans mes bras mon fils de 12 ans. Ce livre est une déclaration d'amour d'une maman à son fils. Au fil des pages, on va voir Thelma évoluer, changer. Elle va prendre conscience de plein de choses. 

Bien évidemment, vous imaginez bien que La chambre des merveilles est un livre remplie d'émotions en tout genre. Bien sûr, le début est tragique avec le récit de l'accident. Mais ensuite lorsque Thelma décide de réaliser les rêves de son fils, le ton change. On est envahie par une vague d’espoirs, on se délecte des aventures que va vivre Thelma. Parce que oui les rêves d'un adolescent sont parfois difficiles à réaliser pour une quadragénaire. Et alors, on sourit, on rit de voir Thelma se retrouver dans des situations loufoques. 

Mais outre ces moments de rire, on ressent parfaitement le lâcher prise de Thelma sur sa vie d'avant. Oubliée la femme d'affaires overbookée, place à une maman passionnée qui va découvrir un à un les rêves de son fils alors que celui-ci est dans le coma. On a envie que Thelma réussisse, qu'elle donne envie à Louis de se réveiller. 

Ce roman est un condensé de bonheur et d'espoir. Non ce n'est pas larmoyant, et c'est en cela que Julien Sandrel est très fort. La chambre des merveilles est une pépite, un bijou ! Je ne peux que vous le recommander chaudement. 

La chambre des merveilles est disponible dès aujourd'hui chez Calmann-Levy. 





vendredi 2 mars 2018

Je fais baisser ma PAL #3

Si au mois de janvier, j'avais réussi un triplé, le mois de février ne fut pas si brillant lol. En effet, sur les 3 livres sortis de ma PAL, j'en ai lu 2. Aussi le 3ème est retourné dans ma bibliothèque. 

Pour le mois de mars j'ai donc à nouveau sorti 3 livres de ma bibliothèques. Les voici : 









- New Life de Stefanie Hodier
- Code Salamandre de Samuel Delage
- La délicatesse du Homard de Laure Manel

Connaissez-vous ces titres ? Les avez-vous lus ? Dîtes moi tout !