mercredi 13 février 2019

Mon ombre assassine - Estelle Tharreau

Synopsis : En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d'une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d'une femme manipulatrice et cynique.
Celle d'une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
Une ombre. Une ombre assassine. 

C'est dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Taurnada que j'ai reçu ce nouveau roman d'Estelle Tharreau. J'avais énormément aimé les précédents aussi j'étais ravie de pouvoir lire un  nouveau titre de cette auteure. 

Mon ombre assassine c'est l'histoire de Nadège Solignac, une institutrice sans histoire et aimée de tous, qui attend son jugement.  C'est une confession. Celle d'une femme. Celle d'une enfant qui est devenue une psychopathe. Pour comprendre Nadège Solignac il faut savoir comment elle a vécu. Et c'est cette confession que nous livre Nadège Solignac. Elle est le fruit d'une grossesse non désirée. Depuis sa naissance jusqu'à aujourd'hui, l'auteure nous livre, pages après pages l'enfance de Nadège. Ainsi on assiste impuissant à la naissance d'une tueuse en série, froide et cynique. Rien ne semble l'atteindre ni la toucher. 

Autant le dire tout de suite, Mon ombre assassine n'est pas un livre pour moi. Je n'ai tout simplement pas aimé. Je ne saurai dire pourquoi, car en soi c'est un thriller puissant que nous livre là Estelle Tharreau. Mais dès le départ je me suis sentie mal à l'aise. L'enfance de Nadège Solignac est tout simplement insoutenable et tout ce qu'elle a dû endurer fait froid dans le dos. Oui mais voilà, Nadège va faire payer le centuple de ce qu'elle a subi. Et lorsque la machine se met en route, rien ne l'arrête plus et la montée progressive dans la violence va s'accélerer. Oui Nadège Solignac est une tueuse, mais jamais personne ne l'aura soupçonnée car son personnage est habilement travaillé. Qui oserait penser que cette charmante jeune femme, puisse être une horrible tueuses en série ?

Le récit est à l'image de Nadège : froid et sans émotions. J'ai vraiment eu beaucoup de mal à supporter les horreurs que cette gamine faisaient subir aux autres. Alors ce qui est certain c'est qu'Estelle Tharreau fait naître des émotions au fil de la lecture à ses lecteurs. Bien évidemment on retrouve avec grand plaisir, fort heureusement, l'écriture d'Estelle qui est un vrai régal pour les yeux. 

Si les autres romans d'Estelle avaient été des coups de coeur, ce n'est malheureusement pas le cas avec Mon ombre assassine. Le sentiment de malaise qui a persisté tout le long de ma lecture me fait vraiment penser que ce n'était tout simplement pas un livre pour moi. C'est donc un rendez-vous manqué cette fois. Ceci dit, je sais qu'il a conquis de nombreux lecteurs. Aussi à vous de le lire pour vous faire votre propre avis, car heureusement, on ne peut pas tous aimer les mêmes choses. Et cela ne m'empêchera pas de suivre de très près l'actualité d'Estelle Tharreau qui est une auteure qui sait se renouveler et surprendre.

Mon ombre assassine est disponible aux Editions Taurnada. 




jeudi 7 février 2019

Ma folie la plus sage - Charlotte Orcival

Synopsis : Elle, étudiante qui s'oublie dans les corps à corps et le tourbillon des nuits parisiennes.
Lui, acteur de renommée internationale qui commence à découvrir le prix amer de la célébrité.
Eux, pour une nuit, d’oubli et de caresses. Mais avec le jour revient la réalité et ses obstacles. La distance, les secrets, les blessures. Et une question : peuvent-ils vraiment reprendre la vie qu’ils menaient avant cette nuit hors du temps ? 

Si vous me suivez depuis longtemps, vous savez déjà que Charlotte Orcival est une auteure que je chérie et que je suis depuis ses débuts en auto-édition. Je savais qu'elle serait vite repérée par une maison d'édition et ce fut le cas. Quel merveilleux souvenir encore après ma lecture de Forever Young, son tout premier bébé. Anna & Julien resteront sans aucun doute mes chouchous encore très longtemps. Aussi lorsqu'elle m'a contacté pour me présenter son nouveau roman, je n'ai pas hésité une seule seconde. Et pourtant... Pourtant j'avais peur je dois bien l'avouer. Même si j'étais super optimiste, j'avais peur de ne pas retrouver le plaisir que j'avais eu. Peur de ne pas aimer ces nouveaux personnages. Vous savez, un peu quand vous goûtez à nouveau à ce plat que vous aimiez tellement étant enfant et que vous avez peur de ne plus l'aimer. D'autant plus qu'à la lecture du résumé, on ne sait pas grand chose. Oui mais voilà c'était bien évidemment sans compter sur le charme de Charlotte. Et dès les premiers mots lus, il m'a alors été bien difficile de lever mes yeux. 

Ma folie la plus sage c'est l'histoire de Lenny et Julia. Lenny, est un jeune acteur brillant qui vit à Vancouver. Julia, est une jeune fille qui vit à Paris, jeune fille pleine de doutes. Aussi leur rencontre était improbable. Sauf que... Lenny est venu rendre visite à sa soeur qui vit à Paris. Et Julia n'est autre que l'amie de sa soeur. Vous me suivez toujours ? La rencontre entre les deux est explosive et tous les deux ressentent tout de suite une attirance mutuelle. Après une nuit inoubliable pour les deux, comment pourront-ils reprendre le cours de leur vie ? Est-il possible de s'aimer lorsqu'un océan vous sépare et que chacun à sa vie ? Ces questions, Lenny et Julia vont se les poser et les réponses seront peut être dans leur passé, dans leur quotidien. Julia devra apprendre à faire confiance, Lenny devra lâcher du lest par rapport à sa vie familiale. Mais cela vaut-il vraiment le coup ? Comment être sûr que cette histoire est l'histoire d'une vie ? Autant de questions qui trouveront réponses tout au long du roman. 

Avec ma folie la plus sage, Charlotte Orcival aborde plein de sujets : l'amour, la famille, le passé, l'éducation, l'amitié et j'en passe. Elle a su créer une histoire qui tient la route et à laquelle on croit. Cette histoire d'amour semble compliquée dès le départ, et nous lecteurs, on voit bien que ce sera un long chemin semé d'embûches. Oui mais voilà, tout comme Lenny et Julia on a envie d'y croire ! Parce qu'on sent bien qu'ils sont faits l'un pour l'autre. On sent bien tout cet amour qu'il y a entre eux. Malheureusement, si l'amour était chose simple ça se saurait il me semble. Et à travers les mots de Charlotte, on va suivre cette histoire chaotique. 

Ma folie la plus sage est un roman poignant qui fait la part belle aux relations humaines. Et si il y a bien une chose que j'ai apprise en lisant cette auteure c'est qu'elle n'a pas son pareil pour nous faire ressentir diverses émotions. Tantôt émue par ce que je lisais, tantôt agacée par des comportements, elle a su me faire vivre ce livre. Et c'est en cela que je dis et que je répète que Charlotte Orcival est une grande auteure. A chacun de ses romans, c'est toujours un déferlement d'émotions qui se répand. Bref, je crois que vous l'aurez compris, je suis toute acquise à sa cause. Aussi je ne peux que vous conseillez de découvrir ce roman, et tous les autres de cette auteure. 

Ma folie la plus sage est disponibles aux Editions Harlequins. 

Un grand merci à Charlotte pour sa confiance renouvelée. 


jeudi 31 janvier 2019

Les vies turbulentes de Lady M - Agathe Colombier-Hochberg

Synopsis : Du salon de son appartement avec vue sur la tour Eiffel, Emma, dite Lady M, savoure ses derniers instants de gloire. Adieu, martinis dry partagés avec les grands de ce monde : la crise n'a pas épargné la plus parisienne des Britanniques. Une solution – mettre les voiles.
Elle qui n'a jamais levé le petit doigt hors du tea time va devoir se retrousser les manches. Direction le Lot-et-Garonne, sa petite-fille fraîchement séparée et son majordome sous le bras, pour faire de sa maison de campagne une maison d'hôtes à son image : chic et désinvolte. Seulement voilà, recevoir Mick Jagger est une chose, ramasser les miettes de morveux briseurs de tympans en est une autre.
Déception ? Signaux d'une crise annoncée ? Au fil des semaines, le comportement de Lady M semble de plus en plus irrationnel. Pas son genre de faire des mystères. Et pourtant...

Ce roman est un livre que j'ai emprunté il y a très longtemps à mon amie Marion du blog La Dory qui lit. Il était donc temps de le sortir de ma PAL pour enfin découvrir ce qu'il cachait. Et comme j'avais besoin de lecture plus légère, le résumé a fini de me convaincre. 

Emma, dite Lady M, doit se faire une raison. Le train de vie qu'elle a toujours vécu jusqu'à présent doit cesser. Elle qui a reçu les plus grandes stars va devoir quitter son appartement à Paris pour aller vivre dans sa maison de campagne dans le Lot-et-Garonne. Elle qui n'a jamais travaillé va devoir mettre la main à la pâte pour faire de cette maison de campagne une maison d'hôte. Accompagnée de son plus fidèle ami et majordome ainsi que de sa petite fille adorée, la voilà partie pour de nouvelles aventures. Et quelles aventures !! Ce n'est pas si simple qu'elle pensait de tenir une maison d'hôte. Il y a des régles à respecter. Jour après jour, le comportement de Lady M semble changer littéralement et sa petite fille va commencer à se poser des questions. 

Ohh que ça fait du bien une telle lecture ! Je dois vous dire que j'ai vraiment adoré ce roman. Il m'a changé les idées, m'a fait sourire, parfois rire. Qu'elle est attachante cette Lady M sous ces airs de grande diva. Parce que oui Lady M joue à la diva. Moi j'ai adoré ce personnage, qui parfois a des réactions enfantines, fait des caprices, mais qui ne veut qu'une seule chose : le meilleur. Tantôt gaffeuse, tantôt boudeuse, Lady M a beaucoup de mal à réduire son train de vie. Fort heureusement Edgar et Juliette veillent aux grains, et grâce à eux la maison d'hôte dont rêvait Lady M peut enfin voir le jour. L'arrivée des premiers clients est très drôle j'avoue. Mais lorsque Lady M commence à faire des cachoteries, on se demande bien ce qui peut arriver à cette septuagénaire. Tout comme Juliette on pense d'abord à Alzheimer. Et de pages en pages, on comprend très vite ce qui se passe et l'issue de ces cachoteries est tout à l'image de cette mamie : attendrissante.

Les vies turbulentes de Lady M est roman très frais, c'est drôle et ça se lit aisément. Entre deux lectures noires, c'est un roman qui change et qui fait du bien au moral. On ressort de cette lecture avec le sourire et content d'avoir fait la connaissance de cette Lady M. Franchement, je vous conseille vivement cette lecture, disponible chez Fleuve Editions. 






mercredi 30 janvier 2019

Mauvais genre d'Isabelle Vilain

Synopsis : Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d'une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.
Vingt-trois ans plus tard, l'équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d'une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d'effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L'entourage de la victime est passé au crible, et l'histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

C'est dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Taurnada que j'ai reçu ce roman. Le résumé fort prometteur laissait augurer un très bon moment de lecture.

Le livre s'ouvre une scène terrible qui glace le sang et qui met le lecteur directement dans l'ambiance du roman. Le petit Hugo assiste impuissant à une énième dispute entre ses parents. Mais cette fois, c'est la dispute de trop, la maman succombe sous les coups du mari. Cette première scène est terriblement poignante et peut choquer. On se retrouve ensuite 23 ans plus tard. Le commandant Rebecca de Lost est appelée pour enquêter sur la mort d'une jeune femme. Elle a été retrouvée sauvagement assassinée dans son appartement. Aucune trace d'effraction. L'enquête semble vraiment compliquée. Quel peut bien être le lien entre ces deux scènes ?

C'est un véritable page-turner que nous offre là Isabelle Villain. En effet, l'intrigue est bien plus complexe qu'elle n'y paraît et pages après pages on se demande ce qui va se passer. L'ambiance du roman est noire, ce qui donne encore plus de pouvoir à ce roman. L'enquête qui piétine, le passé qui ressurgit, tout est fait pour qu'on ne puisse pas lâcher ce livre. Je ne connaissais pas du tout cette auteure, et bien je dois dire que Mauvais genre m'a donné envie de lire d'autres de ses livres.

Mauvais genre est un thriller bien ficelé dans lequel on se sent parfois oppressé et terriblement angoissé. Les personnages sont habilement travaillés et l'intrigue parfaitement maîtrisée par son auteure. Aussi à aucun moment je n'ai pu découvrir l'issue du roman. Et çà j'aime !

Autre point extrêmement positif à mon sens : l'écriture. Elle est également parfaitement maîtrisée et le style est vraiment très agréable à lire. 

Une fois de plus les éditions Taurnada m'offrent une lecture des plus agréables. Je peux dire sans aucune hésitation qu'en matière de thriller vous pouvez faire confiance à Taurnada les yeux fermés.

Un grand merci à Joël et Patricia pour leur confiance.





mercredi 2 janvier 2019

Comme des bleux d'Alex Lalou & Marie Talvat

Synopsis : Paris, novembre 2016. Le sordide assassinat d'une femme enceinte secoue l'opinion publique. La brigade criminelle est sous pression. Il faut dire que tous les ingrédients du scandale sont réunis : une victime, fille d'un ténor du barreau, des élections qui approchent et une presse qui se déchaîne.
Dernière recrue du groupe chargé de l'enquête, Arsène Galien est tout de suite plongé dans le grand bain. Il compte bien profiter de cette affaire pour gagner la confiance de ses supérieurs. Quant à Pauline Raumann, jeune journaliste voisine de la victime, elle se serait bien passée d'être mêlée à cette enquête, qui fait ressurgir des démons oubliés.
Les deux novices ont des idéaux et des incertitudes plein la tête, tandis qu'une irrésistible attraction les pousse toujours plus près l'un de l'autre. Ils vont finir par se laisser emporter dans une affaire hors du commun, à la poursuite du pire des tueurs.


J'ai reçu ce roman il y a un moment déjà. J'ai eu la surprise de le recevoir dédicacé dans ma boîte aux lettres. A la lecture du résumé, je me suis dis qu'il me plairait certainement. 

Lorsqu'on retrouve le corps sans vie de la fille d'un des ténor du barreau, le groupe chargé de l'enquête comprend rapidement qu'il est face à une enquête compliquée. Arsène Galien, jeune recrue du groupe sent qu'il peut gagner la confiance de ses supérieurs dans cette affaire. Il va alors mettre les bouchées doubles. Et puis il y a Pauline, elle est la voisine de la victime et accessoirement journaliste. La rencontre entre Pauline et Arsène va être foudroyante. Ils vont alors tous les deux tenter de percer le mystère de cette intrigue. En y laissant des plumes. 

Comme des bleus est un roman écrit à 4 mains, et je dois dire que j'ai beaucoup aimé. Dans la vraie vie, Alex Lalou et Marie Talvat sont un couple (policier/journaliste) et leur duo d'écritures fonctionne à merveille. L'intrigue est habilement menée et à aucun moment je n'ai réussi à deviner l'identité du coupable. Pour un thriller c'est primordial je trouve. Les personnages principaux sont jeunes, avec des idéaux mais aussi des failles. Cette enquête va les rapprocher l'un de l'autre, mettant leurs nerfs à rude épreuve. 

Le style est dynamique et on ne s'ennuie pas. On alterne les chapitres avec les points de vue de Pauline et d'Arsène. Difficile de se détacher de ce roman avant la fin, car on a envie de savoir, on veut découvrir l'identité du coupable. Et quand enfin on sait c'est le choc ! Personnellement à aucun moment je n'aurai imaginé ce coupable. Et çà j'aime ! 

Comme des bleus est pour moi un excellent polar avec un style jeune et dynamique et des personnages authentiques. Il est disponible aux Editions Plon.



lundi 31 décembre 2018

2018 : Le bilan

Et voilà, 2018 va bientôt tirer sa révérence pour laisser place à 2019. L'heure est au bilan, aux bonnes résolutions. Personnellement 2018 a été une année "pauvre" en lecture car j'ai lu beaucoup moins que les années précédentes. J'ai beaucoup moins de temps à consacrer à la lecture, mais je crois avoir trouvé mon rythme de croisière pour réussir à tout concilier. Bien sûr, je publie beaucoup moins de contenu qu'avant, mais voilà, je préfère publier moins mais avec toujours autant de sincérité dans ce que je fais. C'est pour moi important de rédiger des avis sincères qu'ils soient positifs ou négatifs d'ailleurs.

2018 a été néanmoins une année riche en découverte. En effet j'ai eu très peu de déception et j'ai passé de très bons moments de lecture. Aussi cela n'a pas été simple de choisir les livres pour mon top 5. Mais voilà ça y est j'ai choisi. C'est parti on y va.


La malédiction de la zone de confort de Marianne Levy.

Une lecture que j'ai adoré. Pour moi Marianne Levy est une valeur sûre, des lectures doudous comme je les aime et qui font s'évader du quotidien.


De la terre dans la bouche d'Estelle Tharreau

Mon partenariat avec les éditions Taurnada est vraiment une chance que j'ai car leur publications sont toujours de très bons moments, et ce roman d'Estelle Tharreau n'a pas dérogé à la règle. Une intrigue mêlant passé et présent avec tant de justesse et d'angoisse c'est simplement un régal !





La chambre des merveilles de Julien Sandrel

Ce livre est juste un bijou, une pépite, un livre à lire ! Il devait être dans mon bilan. C'est une ode au bonheur et à la vie tout simplement.






Entre deux mondes d'Olivier Norek

Un bilan sans Olivier Norek est ce possible ? Non ce n'est tout simplement pas possible. Entre deux mondes m'a bouleversé et m'a profondément touché. J'ai d'ores et déjà hâte de découvrir son nouveau livre.





La délicatesse du homard de Laure Manel

Là encore une bien belle découverte. Une auteure que je ne connaissais pas du tout et un livre qui m'a beaucoup émue. Une belle histoire avec de belles personnes.




Voilà. Il y a eu bien sûr d'autres coups de coeur, mais il ne fallait en choisir que 5. Et vous quels ont été vos coups de coeur de l'année 2018 ?










dimanche 30 décembre 2018

Erectus de Xavier Müller

Synopsis : Et soudain l’humanité se mit à régresser
À Richards Bay, en Afrique du Sud, c’est le choc.
Un homme s’est métamorphosé. Il arbore des mâchoires proéminentes, est couvert de poils, ne parle plus.
Bientôt, à New York, Paris, Genève, des Homo erectus apparaissent en meutes, déboussolés, imprévisibles, semant la panique dans la population.
De quel virus s’agit-il ?
Que se cache-t-il derrière cette terrifiante épidémie ?
Une scientifique française, Anna Meunier, se lance dans une course contre la montre pour comprendre et freiner cette régression de l’humanité.
Partout, la question se pose, vertigineuse : les erectus sont-ils encore des hommes ?
Faut-il les considérer comme des ancêtres à protéger ou des bêtes sauvages à éliminer ?

C'est dans le cadre de mon partenariat avec les éditions XO que j'ai reçu ce livre. Et je dois bien vous avouer qu'en lisant la quatrième de couverture j'étais vraiment plus qu'intriguée. 

L'histoire d'Erectus c'est l'histoire d'un virus. C'est l'histoire de la régression. Les espèces régressent sans que l'on sache ni pourquoi ni comment. A Richard Bay en Afrique du Sud, on découvre tout d'abord un gomphotérium. Kesako ? C'est l'ancêtre de l'éléphant qui possédait 4 défenses et qui était l'ancêtre de l'éléphant avant le mammouth. On ne sait pas grand chose, mais apparemment les espèces tombent malades et en guérissant régressent de plusieurs millions d'années. Alors que le monde scientifique s'interroge, on découvre alors un Homo Erectus, ce qui signifie que ce virus s'est transmis à l'homme. Alors que personne ne sait comment se transmet le virus, et que les autorités ne savent pas quoi faire, les espèces régressent de plus en vite, même la végétation en est victime. Anne Meunier, scientifique française va alors essayer de comprendre ce qui se passe. Mais le temps est compté, et il faut faire vite car de plus en plus d'hommes sont frappés par le virus. Que faire ? Doit-on considérer ces Erectus comme des hommes ou comme des bêtes ? 

Je m'arrête là pour l'histoire. Honnêtement j'ai adoré ce livre ! L'intrigue est extra et je ne serai pas surprise si dans quelques temps cette histoire se retrouve adaptée au cinéma car à mon avis cela ferait un excellent film d'anticipation. J'ai toujours beaucoup aimé la période préhistorique alors aussi ce livre ne pouvait que me plaire. D'autant plus que Xavier Müller a fait un énorme travail de recherche et c'est d'ailleurs ce qui rend cette histoire plus que crédible. J'ai vraiment beaucoup aimé ces passages où l'on découvre les "nouvelles" espèces, et c'est d'ailleurs tellement bien écrit qu'on s'y croirait presque, un peu comme un voyage dans le temps.

Une fois le livre ouvert il est bien difficile de le lâcher tellement l'intrigue est prenante. Chaque minute compte dans cette course effrénée contre le virus et on a vraiment envie de savoir où tout cela va nous mener. Anna Meunier est touchante et parfois même bouleversante. Le monde n'était pas préparé à ce qui est arrivé. La question de savoir si il faut considérer ces Erectus comme des hommes fait débat. Et il est bien difficile de se faire un avis sur la question. Il semble que ces hommes, en régressant, ont perdu toute trace d'humanité, mais Anna va tenter, quitte à risquer sa vie, de prouver le contraire.

Erectus est vraiment un bon bouquin et je ne peux que vous le conseiller. Franchement, ça sort des sentiers battus, des histoires déjà vues et c'est çà qui est bon. En lisant Erectus on est complétement déboussolé et loin de la réalité et j'ai vraiment aimé me sentir loin de chez moi, loin du monde actuel.

Alors pour un petit voyage en arrière, laissez-vous tenter par l'aventure préhistorique. 




samedi 22 décembre 2018

La vie est facile ne t'inquiète pas - Agnès Martin-Lugand

Synopsis : "Alors que j'étais inconsolable, il m'avait mise sur le chemin du deuil de mon mari. J'avais fini par me sentir libérée de lui aussi. J'étais prête à m'ouvrir aux autres."

Depuis un an que Diane est rentrée d'Irlande, elle a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l'aide de Félix, elle s'est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire.
C'est là, aux "Gens heureux lisent et boivent du café", son havre de paix, qu'elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné, et surtout il comprend son refus d'être mère à nouveau. Car Diane sait qu'elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille.

Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s'effondrer les unes après les autres.

Aura-t-elle le courage d'affronter un autre chemin ?


J'avais lu Les gens heureux lisent et boivent du café et cela avait été un véritable coup de coeur (pour mémoire, retrouvez ma chronique ICI). Alors aussi j'avais hâte de retrouver Diane. Depuis son retour d'Irlande, Diane a repris sa vie en main. Elle est devenue la propriétaire de son café littéraire et en assure la gestion avec son fidèle amie Félix. Elle se rend régulièrement sur les tombes de son mari et de sa fille pour leur parler. Elle semble épanouie. Mais pour Félix il lui manque quelque chose : retrouver l'amour. C'est dans son café qu'elle va faire la connaissance d'Olivier qui a tout de l'homme parfait : tendre, attentionné, compréhensif et surtout il ne la brusque pas. Il comprend son besoin de prendre son temps et surtout il comprend que Diane ne veuille plus d'enfants. On pourrait donc penser que tout va aller bien à présent pour Diane. Mais lorsqu'elle retrouve Edward tout à fait par hasard, lors d'une visite d'une exposition, tout ce bonheur semble ne plus tenir qu'à un fil. Surtout lorsqu'Edward lui apprend qu'Abby est souffrante. Aussi, n'écoutant que son instinct, elle décide de retourner à Mullrany pour rendre visite à Jack et Abby. Si Olivier comprend Diane, il n'en va pas de même pour Félix qui pense qu'elle va se jeter dans la gueule du loup. Et ce qu'elle découvrira en arrivant à Mullrany va faire sauter toutes les barrières, mettant à mal toutes ses convictions. 

Mon dieu ! Mon dieu ! Mon dieu ! quel coup de coeur pour cette suite ! J'en ai versé des larmes ! Pour moi la vie est facile ne t'inquiète pas est encore bien plus fort émotionnellement que Les gens heureux lisent et boivent du café. On assiste à une prise de conscience de Diane sur sa vie, sur son passé et sur son avenir. Si d'abord j'ai eu peur de lire une banale histoire d'amour entre Diane et Olivier, j'ai bien vite été rassurée par l'auteure. Je ne peux rien vous dire de plus de peur de vous spoiler le roman, mais sachez qu'il vaut vraiment la peine d'être lue ! 

J'y ai retrouvé avec grand plaisir la plume d'Agnès qui sait susciter tant d'émotions avec ses mots. Certaines scènes sont vraiment poignantes et elle décrit parfaitement bien ce que ressentent ses personnages. L'émotion est au coeur de ce roman et j'ai pris grand plaisir à lire page après page jusqu'au point final. Je vous avoue avoir refermé ce livre avec beaucoup d'émotions, en me disant que jamais je ne pourrai oublier Diane. Lui dire au revoir a été pour moi un grand moment. Diane fait partie de ces personnages qu'on rencontre au travers de nos lectures mais qu'on oublie jamais. 

La vie est facile ne t'inquiète pas est disponible aux Editions Michel Lafon et aux Editions Pocket. 



lundi 17 décembre 2018

La rousse qui croyait au Père Noël a 29 ans - Suzanne Marty

Synopsis : Cendrelle est responsable de la parfumerie du Grand Bazar de Paris et célibataire par intermittence depuis cinq ans. Le 1er janvier 2000, elle prend deux décisions:
1) arrêter les histoires foireuses ;
2) faire du théâtre.
Car est-il raisonnable à 29 ans de ne plus croire au père Noël ? 


J'avais lu et adoré La rousse qui croyait au Père Noël a 39 ans (vous pouvez d'ailleurs retrouver ma chronique ICI). Alors lorsque Suzanne Marty m'a contacté pour chroniqué le nouvel opus de la rousse, j'ai aussitôt répondu présente. Et puis il faut savoir que recevoir un service presse de la part de Suzanne Marty, c'est recevoir un joli cadeau emballé, y découvrir un livre avec une dédicace touchante. Ce sont des petites attentions qui font très plaisir.  J'avais donc hâte de me plonger dans ce roman. 

Dans ce nouvel opus, on retrouve Cendrelle 10 ans plus tôt. Elle a donc 29 ans et est responsable du rayon parfumerie du Grand Bazar. Célibataire passant d'histoires foireuses en histoires foireuses, elle décide alors le 1er janvier 2000 de deux choses : arrêter les histoires foireuses et faire du théâtre. Elle s'inscrit donc au célèbre cours Florent. Commence alors pour elle une intense course pour réussir à tout concilier car son poste de responsable ne lui laisse pas beaucoup de temps. 

Comme je vous le disais j'avais adoré le premier opus alors quelle ne fût pas ma joie de découvrir que ce deuxième livre faisait plus du double de pages. Je me suis dis : plus de plaisirs, plus de Cendrelle et plus de rire. Et j'ai eu raison ! Encore une fois Suzanne Marty m'a fait passer un agréable moment. Et si le premier tome était beaucoup axé sur l'humour, j'ai trouvé celui-là bien plus profond, on apprend à mieux connaître Cendrelle et je l'ai trouvé vraiment touchante. Elle va se découvrir une vraie passion pour le théâtre et faire des rencontres qui vont la changer. Elle va réaliser que pour une fois elle fait quelque chose qui lui plaît vraiment. Et son entourage va devoir faire avec. Cendrelle va s'épanouir pleinement dans cette nouvelle activité et elle, qui manquait de confiance en elle va se surprendre. Alors bien évidemment il y toujours de l'humour et certaines scènes sont vraiment drôles. 

Avec ce deuxième tome, Suzanne Marty signe un nouveau roman et pour moi c'est une nouvelle réussite. Il y aura un 3ème tome : la rousse qui croyait au Père Noël a 19 ans et j'ai d'ores et déjà hâte ! Même si c'est une trilogie, les 2 tomes peuvent se lire indépendamment bien sûr. Mais personnellement je vous conseille de lire les deux pour doubler le bonheur de passer un agréable moment.

La rousse qui croyait au Père Noël a 29 ans est disponible PAR ICI


lundi 10 décembre 2018

Même le diable a la peau douce - Sandra Martineau

Synopsis : Stanislas Delcourt n'est pas un homme pour Émélia. Tout le monde s'obstine à le lui dire, ils sont trop différents, pas du même monde ni de la même classe sociale. Cet étrange manipulateur semble souffler le chaud et le froid, passant de l'exaltation la plus torride au mépris le plus brutal. Le c?ur d'Émélia n'y survivra pas. Mais pour être aimée comme elle l'a toujours désiré, la jeune femme est prête à tous les sacrifices, peu importe ce qui lui en coûtera. Elle sera à lui et en paiera le prix.

J'ai profité d'une offre éclair sur Amazon pour acquérir ce titre. Je n'ai encore jamais lu cette auteure, mais j'ai eu l'occasion de la rencontrer au Salon de Nemours. C'est une auteure de thriller. Le résumé m'intriguait et je me demandais comment une auteure de thriller pouvait passer à un style radicalement opposé. 

Même le diable a la peau douce c'est l'histoire d'Emelia, jeune femme de 25 ans, célibataire qui manque de confiance en elle. Elle ne souhaite qu'une chose : être aimée pour ce qu'elle est. Aussi lorsqu'elle rencontre Stanislas, elle veut croire que c'est l'homme de sa vie. Même si ses amis lui disent que ce n'est pas un homme pour elle, elle va plonger tête baissée dans cette histoire, elle est prête à tout pour que cela fonctionne entre eux, quitte à en payer le prix fort. 

Voilà pour l'histoire. Que dire ? Déjà, autant vous dire que j'ai lu ce livre en une soirée. L'écriture est tellement addictive qu'il m'a été impossible de le lâcher. Les chapitres sont courts et rythmés. Maheureusement l'histoire en elle-même ne m'a pas convaincue. Sûrement parce que j'ai beaucoup de mal avec ce genre d'histoire. Lui est beau, riche et manipulateur. Elle, est jeune, naïve et prête à tout pour qu'on l'aime. Je n'ai pas réussi à m'attacher à Emelia que j'ai trouvé vraiment trop crédule. Toutefois l'auteure décrit parfaitement bien la manipulation de Stanislas sur Emelia. Dès leur rencontre on sent bien que c'est un homme habitué à avoir ce qu'il veut et Emélia va petit à petit se couper de ses proches pour s'enfermer dans une spirale infernale. Stanislas aura alors toute liberté pour faire d'elle ce qu'il veut. La dépendance affective d'Emelia va la pousser à faire tout ce que Stanislas lui demandera.

Personnellement les scènes érotiques ne m'ont pas dérangées dans la mesure où Sandra Martineau n'en dit pas trop, pas de détails inutiles. Après j'avoue que certains passages m'ont paru un peu incohérents. Quant à la fin, je l'ai trouvé surprenante, je ne m'y attendais pas. De ce fait, c'est une lecture en demi-teinte mais globalement j'ai aimé Même le diable a la peau douce. Même si certains passages m'ont agacés au plus haut point, même si parfois j'ai eu envie de secouer Emelia et d’étriper Stanislas, ce livre m'a fait ressentir diverses émotions et çà c'est positif.

Même le diable a la peau douce est disponible ICI