lundi 3 septembre 2018

Baby Doll - Hollie Overton

Synopsis : 8 ans d’absence, 3 110 jours d’enfermement, 74 640 heures de peur –et 1 minute d’inattention qui lui permet de fuir … La nouvelle vie de Lily Riser commence un soir d’hiver glacial. Seulement vêtue d’un pyjama, elle passe la porte. Elle serre sa fille dans ses bras. Et se met à courir. Loin de la cabane dans la forêt, loin du père de Sky, de cet homme qui l’a séquestrée pendant huit ans et qui, pour la première fois, n’a pas fermé la serrure. Lily est libre, mais ce n’est pas pour autant que leur calvaire est fini. L’enlèvement et les sévices qu’elle a subis ne l’ont pas seulement marquée à vie, sa disparition a aussi détruit sa famille – surtout sa soeur jumelle qui ne s’est jamais remise de sa disparition. Tous tentent tant bien que mal de reconstruire un avenir, sans se douter qu’ils vont être à nouveau mis à rude épreuve.
Depuis sa cellule de prison, le ravisseur de Lily compte bien punir sa Baby Doll pour sa désobéissance …


Lorsque j'ai choisi cette lecture sur Netgalley, c'est le résumé qui m'a attiré mais aussi la maison d'éditions : Mazarine.
Baby Doll est un roman dont le sujet est famillier: le kidnapping et la séquestration. Or, il diffère des autres romans dans la mesure où il commence là où les autres se terminent : la libération.
C'est ainsi que nous rencontrons Lily, le jour où son ravissseur oublie de vérouiller la porte de l'endroit où elle est séquestrée. Lily hésite, puis tente le coup pour le coup. Elle s'enfuit de là avec Sky, l'enfant qu'elle a eu avec son ravisseur et qui elle, n'a connu que la séquestration. Elle réussit ainsi à rentrer chez elle et les retrouvailles sont très émouvantes. Oui mais voilà, 8 années se sont écoulées. 8 années pendant lesquelles Lily a subi les pires sévices. 8 années pendant lesquelles ses proches n'ont cessé d'espérer ce moment. Mais à présent tout est à reconstruire pour Lily, et surtout pour sa soeur jumelle.

Voilà pour l'histoire. Je sors de cette lecture un peu mitigée je dois bien le dire. Certes c'est un roman qui se lit vite et l'alternance des points de vue des personnages nous donne ainsi une vision plus large. Mais j'ai été gênée parfois par certaines incohérences. Les réactions de Lily sont parfois très surprenantes et même si on se dit que c'est sa façon à elle de réagir, c'est un peu déstabilisant. Tout au long du roman, on se demande finalement où tout cela va nous mener.

Mais attention, je ne dis pas que je n'ai pas aimé au contraire. Je l'ai même dévoré c'est pour dire. Je vous laisse juste mon ressenti sur ce qui m'a dérangé parfois au cours de ma lecture. Après j'ai aimé la relation entre Lily et sa soeur jumelle, j'ai aimé cette force que Lily possède pour continuer d'avancer. Autre point positif, on n'assiste pas à la liste détaillée des sévices subit par Lily. Je sais que certains aiment cela, mais personnellement, quand ça ne le nécessite pas, je trouve cela bien.

En conclusion Baby Doll est un thriller psychologique qui fonctionne et donc une lecture agréable.

Merci aux Editions Mazarine et à Netgalley.


samedi 1 septembre 2018

Un paquebot dans les arbres - Valentine Goby



Rappelez-vous, il y a plusieurs semaines de cela, Marion avait choisi ce livre pour moi.

Avec un rythme de lecture qui s'est considérablement diminué, je ne l'ai lu que récemment. Il faut bien le dire, c'est un livre que je n'aurai pas choisi pour moi. Pourquoi ? Tout simplement parce que la maladie est en général un sujet que j'évite de lire l'ayant vécu avec mon papa. Oui mais voilà, c'est le jeu de cette rubrique. Alors c'est avec quelques réticences que je me suis plongée dans ce roman. 

En résumé, Mathilde est une enfant insouciante qui vit au gré de ses envies avec pour seul préoccupation : s'attirer l'attention de son papa qui est son idole. Oui mais voilà lorsque la tuberculose débarque dans leurs foyers, tout leur quotidien va voler en éclat. En effet, cafetiers vivant sans se soucier de l'avenir, les soins engendrés par la maladie qui va toucher le père mais également la mère vont mettre toute la famille sous la paille. Tout va alors reposer sur les frêles épaules de Mathilde.

Que dire sur ce roman ? Que malgré mes réticences, Valentine Goby a réussi à m'entraîner dans cette histoire. C'est un récit touchant que nous livre là l'auteure. Les personnages sont habilement travaillés et on s'attache très rapidement à Mathilde qui va tout faire pour préserver l'unité familiale. Elle est forte et se relève toujours, pourtant elle ne va pas être épargnée. Elle va traverser toutes les épreuves que la vie et la maladie vont mettre sur son chemin, et cela sans jamais baisser les bras. Pour elle, le plus important étant de réunir sa famille. 

Le style de Valentine Goby est vraiment particulier. Elle possède une écriture très poétique ce qui rend la lecture plus qu'agréable. On tourne les pages sans s'en rendre compte et on se laisse bercer par ce flot de mots si envoûtant.

En conclusion, Un paquebot dans les arbres est un livre que j'ai beaucoup aimé, et si Marion ne l'avait pas choisi pour moi, je serai certainement passée à côté d'une très belle histoire. Alors Merci à toi d'avoir fait ce choix. 

C'est donc à mon tour de choisir un livre pour Marion, mais pour le moment, j'hésite entre 2 donc vous découvrirez cela lorsque j'aurai fini d'hésiter lol. En attendant bonnes lectures à toutes et à tous. 


mercredi 29 août 2018

Dans la cave - Minette Walters

Synopsis : En apparence, une famille bourgeoise sans histoire, émigrée en Angleterre depuis un pays africain : la mère, le père et les deux fils. Mais les Songoli cachent un secret : Muna, quatorze ans, orpheline. Elle dort à la cave, vit recluse, sans que personne de l’extérieur ne soupçonne son existence, et sert d’esclave à toute la famille.
Puis un jour, le plus jeune des deux fils ne revient pas de l’école. Scotland Yard investit la maison afin d’enquêter sur sa disparition. Face à la police, le couple Songoli est obligé de donner le change et de traiter Muna comme sa fille. Mais ce que ses tortionnaires n’ont pas deviné, c’est que Muna est extrêmement intelligente… Manipulatrice de génie, elle organise méticuleusement sa vengeance.


J'ai sélectionné ce titre sur Netgalley pour son résumé qui m'intriguait. 

Dans la cave, c'est l'histoire de Muna, jeune fille de 14 ans qui a été volée à un orphelinat par Madame Songoli. Elle l'a ramenée à Londres avec elle et Muna est devenu l'esclave de toute la famille. Elle dort à la cave, ne sort jamais et si elle ose désobéir elle est tout simplement battue. Le quotidien de Muna n'est que ménage, violence et isolement. Mais un jour, le cadet de la famille disparaît. La police intervient alors. Monsieur et Madame Songoli n'ont pas d'autres choix que de faire croire que Muna est leur fille. Oui mais voilà ce qu'ils n'avaient pas prévu c'est que Muna est d'une intelligence extraordinaire. Elle va dès lors orchestrer sa vengeance...

Bien voilà les bases de l'histoire posée. Que dire sur ce livre ? Je l'ai tout simplement lu en une soirée et une partie de la nuit. Alors je peux déjà dire que c'est un excellent page-turner. Au début de l'histoire on est tout de suite pris de compassion envers cette petite Muna qui subit un véritable enfer. En plus des tâches ménagères et des brimades de la part de toute la famille, elle est également victime d'abus sexuels de la part de Monsieur SONGOLI. On est presque heureux finalement que le fils cadet ait disparu pour que tout çà s'arrête, au moins le temps de l'enquête. Et puis tout doucement le doute s'insinue en nous. Plus on tourne les pages, plus on s'aperçoit que la petite Muna n'est pas si bête que ce qu'elle veut laisser croire. 

Minette Walters nous livre des personnages qu'il est difficile d'apprécier, elle les rend tellement détestables qu'on ne peut simplement pas les apprécier. Mais je pense que c'est volontaire de sa part afin qu'on s'attache plus facilement à Muna.

Dans la cave est un thriller palpitant qui ne vous laissera pas indifférent. Toutefois il ne sera pas un coup de coeur. En effet, la fin m'a laissée perplexe, elle est floue et même si l'éditeur nous propose une fin alternative, cela ne m'aura pas convaincu. C'est dommage car j'ai horreur d'être déçue par la fin d'un livre que j'ai apprécié. En tout cas ce thriller vaut quand même le détour, et je ne peux que vous conseiller de le lire. 

Dans la cave est disponible aux éditions Robert Laffont.


mardi 28 août 2018

Qui je suis ? Mindy Mejia

Synopsis : Hattie Hoffman a passé sa vie à jouer de nombreux rôles : la bonne élève, la bonne fille, la bonne petite amie. Mais Hattie rêve d’autre chose, quelque chose de plus intense… et qui se révèle extrêmement périlleux. Lorsqu’on découvre son corps sauvagement poignardé, une redoutable onde de choc traverse la ville de Pine Valley.
Très vite, il apparaît que Hattie entretenait une relation secrète, hautement compromettante et potentiellement explosive. Quelqu’un d’autre était-il au courant ? Et dans ce cas, jusqu’où cette personne était-elle prête à aller pour mettre fin à cette relation ?
Riche en rebondissements, Qui je suis retrace une année de la vie d’une jeune femme dangereusement fascinante, au cours de laquelle surgissent les secrets les plus sombres d’une petite ville, tandis que Hattie se rapproche peu à peu de sa mort.
Suggestif et tranchant, ce roman examine la frontière entre l’innocence et la culpabilité, l’identité et la duperie. L’amour conduit-il à la découverte de soi… ou à la destruction ?



Qui je suis ? est un livre dont la couverture m'a tout de suite tapée dans l'oeil en la découvrant dans le catalogue de Netgalley. A la lecture du résumé, il ne m'en fallut pas plus pour être partante pour cette lecture, d'autant plus que les éditions Mazarine m'offrent en général de bons moments de lecture.

Hattie est une jeune fille qui vit à Pine Valley, très bonne élève, elle joue également dans le groupe de théâtre de son lycée. Adolescente à priori sans soucis, c'est l'incompréhension totale qui règne lorsque son corps est découvert. Qui a bien pu commettre ce crime ? Tommy le fiancé éconduit ? Un inconnu de passage ? L'enquête ne va pas être simple, et tant de questions vont trouver leurs réponses. 

Bien, Qui je suis ? est un thriller que j'ai beaucoup aimé. Dès le départ on se demande bien ce qui a pu arriver à Hattie. On va alors remonter le temps pendant un an pour tenter de comprendre ce qui a bien pu se passer. Qui était vraiment Hattie ? Que cachait-elle ? La construction de l'intrigue est vraiment bien faite, l'alternance des chapitres nous dévoile les choses tout doucement sans trop en dire. Tout comme le Shériff, on va se retrouver un peu perdu dans tout cela. Mais tout va parfaitement s'imbriquer pour un final explosif.

Qui je suis ? a vraiment été une lecture que j'ai beaucoup aimé. Le message est le suivant : connait-on vraiment les gens ? Tout au long de l'histoire, on va découvrir différentes facettes de Hattie et s'apercevoir que finalement peu de gens la connaissaient. C'est sa mort qui va justement nous faire découvrir qui elle était vraiment. A-t-elle joué des rôles différents ? Tout ce que je retiens c'est qu'Hattie était une adolescente qui rêvait d'une vie meilleure, qui rêvait de grande ville et d'amour. Mais à trop rêver, elle a finit par se brûler les ailes. 

Conclusion : si vous voulez un thriller qui dévoile son intrigue au fil des pages, Qui je suis ? est fait pour vous ! 




lundi 30 juillet 2018

Click & Love de Cyril Massarotto

Synopsis : Julie est une jeune Parisienne de 30 ans. Elle ne croit plus en l’amour et doit faire des ménages pour gagner sa vie. Paul, lui, a 40 ans. il est chirurgien, vit à Londres et ne se console pas de la mort de sa femme. Leurs trajectoires n’auraient jamais dû se croiser… Et pourtant, une application très particulière, Click & Love, va progressivement les rapprocher. Et jouer avec leurs nerfs.

Alors que, message après message, leur désir de se rencontrer devient brûlant, Click & Love censure toutes les informations qui leur permettraient de se donner rendez-vous. Une torture. Et cette question : que cherche la main invisible qui se cache derrière l’écran ?

Julie et Paul, des deux côtés de la Manche, vont tout tenter pour piéger la machine. Mais alors qu’enfin ils réussissent à se voir « en vrai », quelque chose d’inexplicable se produit, qui bouleversera leur vie…

Avec humour et délicatesse, Cyril Massarotto explore nos cœurs et nos tourments à l’heure des textos, des applis et des sites de rencontre.


C'est dans le cadre de mon partenariat avec les éditions XO que j'ai reçu il y a quelques mois le dernier livre de Cyril Massarotto. J'avais tellement aimé Quelqu'un à qui parler que j'étais ravie de retrouver cet auteur.

Dans Click & Love nous faisons la connaissance de Julie, jeune fille de 30 ans qui habite à Paris et est femme de ménage. Elle ne croit plus en l'amour. Parallèlement, nous rencontrons Paul, 40 ans, chirurgien à Londres. Il n'arrive pas à faire le deuil de sa femme depuis 4 ans. Lui à Londres, elle à Paris, rien n'aurait laisser penser que ces deux là se rencontreraient un jour. Et pourtant ! Grâce à une toute nouvelle application de rencontre : Click & Love, ils vont d'abord se rencontrer virtuellement. L'application ne les laissera se rencontrer qu'après un temps de papotage virtuelle. Paul et Julie vont se découvrir et se rendre compte qu'ils ont vraiment beaucoup de points en commun et ils  n'ont qu'une hâte : se rencontrer en vrai. Mais lorsqu'arrive ce moment tant attendu, les choses ne vont pas vraiment se dérouler comme ils le souhaitaient. 

Je m'arrête là pour l'histoire. Click & Love est vraiment un roman que j'ai adoré ! Je l'ai dévoré en 2 soirées seulement. Mais attention, lorsque vous êtes pris à fond dans le roman, l'auteur nous joue une terrible blague ! Mais quoi ? Que se passe-t'il ? Paul & Julie ne comprennent pas ce qui leur arrive, et je dois dire que moi-même je me suis sentie un peu paumée. Parce qu'il faut bien le dire, Cyril Massarotto joue avec nos nerfs, comme il joue avec ceux de nos deux protagonistes : Paul & Julie. Mais ne comptez pas sur moi pour vous dire ce qu'il en est !!

A travers ce roman, l'auteur nous conte une magnifique histoire d'amour 2.0. mais pas que. J'y ai également vu un beau message d'amitiés, un message fort même, et je dois dire que c'est surtout çà qui m'a beaucoup touché. C'est un roman très actuel qui parle smartphone et notifications. Qu'il est difficile aujourd'hui de faire confiance aux sites de rencontres ! Alors quand une application vous certifie de vous mettre en relation avec LA personne qu'il vous faut, pourquoi ne pas essayer ? Après tout que risque-t-on quand on ne croit plus en l'amour ?

Bref, vous l'aurez compris, j'ai été très emballée par cette lecture, et je ne peux que vous conseiller de le lire. C'est le deuxième roman de Cyril Massarotto que je lis, et c'est une nouvelle fois une lecture plus qu'agréable. J'ai passé un excellent moment avec ce livre. 


dimanche 22 juillet 2018

Toutes blessent la dernière tue - Karine Giebel

Synopsis : Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude.
Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer.
Une rencontre va peut-être changer son destin…

Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures. Un homme dangereux.
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique.
Qui est-elle ? D’où vient-elle ?

Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite !
Parce que bientôt, tu seras morte.

 Le dernier Karine Giebel que j'ai lu était Meurtres pour rédemption. Et ça avait été à l'époque une énorme claque littéraire. Encore aujourd'hui, Marianne n'est jamais très loin. L'occasion ne s'étant pas présenté, je n'avais pas relu de livres de cette auteure depuis. Aussi, à force de lire les avis divergents sur le petit dernier, j'en ai fait la demande auprès de Netgalley. Et me voilà donc plongée dans ce pavé. 

Toutes blessent la dernière tue, c'est l'histoire de Tama. Tama est une esclave des temps modernes. Enlevée à sa famille, elle débarque en France avec la promesse d'un avenir meilleur. Il n'en sera pas ainsi. En effet, elle va être placée dans une famille bourgeoise française qui en fera son esclave. Sans papier, ne connaissant rien d'autres que le foyer dans lequel elle évolue, Tama rêve et espère une autre vie. Malheureusement pour elle, elle est au service de personnes sans scrupules qui n'auront de cesse que de la maltraiter.

Parallèlement, on suit également l'histoire de Gabriel, homme mystérieux vivant à l'écart. Ce dernier va retrouver chez lui une jeune femme blessée. Il devra alors lutter contre ses démons intérieurs. Et malgré un début de relation difficile, les deux êtres blessés et fragilisés par la vie vont se dévoiler peu à peu.

 Toutes blessent la dernière tue est vraiment un livre marquant. Pour moi il est un peu dans la même veine que Meurtres pour rédemption. Karine Giebel nous livre là une histoire sordide. Le quotidien de Tama est un véritable enfer, et l'auteure le fait particulièrement bien ressentir. Certaines scènes sont particulièrement fortes. Lorsqu'on fait la connaissance de Tama, ce n'est encore qu'une enfant. Et on va la voir grandir à travers ce récit. Tama c'est un personnage qu'on ne peut pas oublier. Car malgré toutes les brimades, toute la violence, Tama continue de croire à un jour meilleur. Elle y croit tellement, s'y accroche pour survivre, que finalement, nous lecteur on ne souhaite que cela. 

Et puis, il y a Gabriel. Gabriel cet homme plein de mystère. Bizarrement, là encore c'est un personnage fort auquel on s'attache. On veut en savoir plus sur lui. On veut connaître son histoire. 

L'écriture de Karine Giebel est tellement addictive qu'on ne voit pas passer le temps. Et pour ma part, ce sera donc une nouvelle fois un gros coup de coeur, pas aussi puissant que pour Meurtres pour rédemption, mais un coup de coeur quand même. 

Alors à vous de voir et de vous faire votre propre avis. Mais pour ma part, je n'ai pas du tout été déçue, bien au contraire. 

Toutes blessent la dernière tue est disponible aux Editions Belfond.


mardi 26 juin 2018

"A nos vies (presque) parfaites" Liz Fenton & Lisa Steinke


Il y a quelques mois maintenant, Delphine vous révélait le livre qu'elle avait choisit cette fois-ci de me faire découvrir. Pour rappel il s'agissait donc de À nos vies (presque) parfaites de Liz Fenton & Lisa Steinke dont elle vous parlait par ici.

J'ai donc découvert ce roman, un roman qui se lit facilement, rapidement et plein de bons sentiments. Un livre idéal à lire pour se détendre et pour l'été qui s'installe. Le contenu est aussi coloré que sa couverture, teinté de douceur, mais aussi de rires.

Casey et Rachel sont amies depuis leurs années lycée même si leurs vies sont devenues complètement opposées. Casey ne vit que pour sa brillante carrière, se revendique être heureuse célibataire et vit dans un superbe appartement, tandis que Rachel a épouse son premier amour, est mère au foyer et jongle entre deux adolescentes et un jeune enfant. Mais ce qu'elles ignorent toutes les deux, c'est qu'elles se jalousent mutuellement. Lors d'une dispute entre elles dans une soirée d'anciens élèves, l'impossible se produit : Casey se réveille dans le corps de Rachel, et Rachel dans celui de Casey.

Roman à quatre mains, Liz Fenton et Lisa Steinke sont amies depuis plus de vingt-cinq ans. Les deux femmes s'associent donc aussi pour écrire ensemble, et on ressent alors que quelques scènes, ressentis sont inspirés de leur propre vie. Elles sont les mieux placées non pour parler d'amitié ? Ça se sent, elles posent les mots justes sur cette relation forte que peut-être l'amitié, sur cette relation qui peut parfois se délier quelque temps, mais qui reste toujours au fond d'elles aussi intenses. La véritable et rare amitié quoi.

Les deux auteures offrent un roman plaisant porté par une écriture douce, joyeuse et pleine d'humour. On sourit devant cette si belle relation qu'entretiennent Casey et Rachel, parce qu'on se rend compte que même si elles sont opposées dans leur vie quotidienne, elles sont toujours là l'une pour l'autre malgré les épreuves et les difficultés, ce roman célèbre véritablement l'amitié et ça fait du bien.


Merci Delf' d'avoir choisit ce livre pour moi. C'est une jolie découverte, un livre qui fait du bien, avec un thème qui sait toujours me toucher, mais qui ici est teinté d'humour à travers cette situation originale. J'espère que tu auras l'occasion de le lire aussi un coup, et de passer également un bon moment :)

- Marion -


mardi 19 juin 2018

La délicatesse du homard - Laure Manel

Synopsis : François, directeur d’un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d’une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d’un rocher. Plutôt que d’appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle déclare s’appeler Elsa mais refuse de répondre à tout autre question. Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l’autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent. Et même si le duo en s’apprivoisant s’apaise, leur carapace peine à se fendre…
Qui est Elsa et quelle vie est-elle en train de fuir ?


Cela fait un petit moment déjà que ce livre est dans ma PAL. Je l'avais gagné lors d'un concours sur Twitter. Le voyant passé plusieurs fois sur les réseaux sociaux, j'ai donc décidé de le sortir et de le lire.

La délicatesse du homard c'est l'histoire de François qui découvre, lors d'une de ses  nombreuses promenades à cheval, une femme inconsciente au pied d'un rocher. Elle est inconsciente, mais bien vivante. Sans réfléchir, il décide alors de la ramener chez lui plutôt que d'appeler les secours. A son réveil, la jeune femme ne se montre pas très bavarde et refuse de répondre aux questions de François. Elle lui dit juste qu'elle s'appelle Elsa. Pour François, c'est suffisant, et il lui dit qu'elle peut rester chez lui tant qu'elle le souhaitera. Même si il se pose énormément de questions et que l'arrivée d'Elsa n'est pas au goût de tout le monde, François va respecter son silence.

La délicatesse du homard est un livre que j'ai beaucoup aimé. Au début, j'étais un peu sceptique, mais au fil des pages, je me suis retrouvée prise au piège de cette histoire. Alternant les chapitres, nous avons ainsi les points de vue d'Elsa et François. On comprend très vite qu'Elsa fuit quelque chose, mais on ne sait pas vraiment quoi dans la mesure où elle refuse de parler d'elle. On sent aussi que François cache quelque chose. Au fil de la lecture, on va apprendre petit à petit ce qu'ils cachent tous les deux. Ce sont deux personnages blessés qui vont peu à peu s'apprivoiser et apprendre à se faire confiance, malgré les obstacles.

L'écriture de Laure Manel est douce et tendre. C'est vraiment une lecture agréable, et elle sait choisir les mots justes sans s’embarrasser du superflu. Les personnages sont vraiment bien travaillés et j'ai trouvé Elsa et François très attachants. 

En conclusion, La délicatesse du homard est un roman doux qui fait du bien, c'est un livre doudou qui nous touche, nous émeut, mais également qui nous redonne le sourire. Je relirai avec grand plaisir cette auteure. 

La délicatesse du homard est disponible aux Editions Michel Lafon et récemment aux Editions Le Livre de Poche.




dimanche 10 juin 2018

La nouvelle vie de Kate Reddy -

Synopsis : Kate Reddy compte les quelques semaines qui la séparent de la cinquantaine avec effroi. Si on ajoute à cette angoisse les hormones qui s'agitent, des enfants devenus ados qui ont besoin d'elle mais qui ne lui adressent pas la parole, des parents qui vieillissent et redeviennent eux-mêmes des enfants, un mari qui se cherche et a décidé de s'offrir un break pour se consacrer à l'art de la pleine conscience... Kate se trouve prise dans un sandwich qu'elle ne peut même pas avaler à cause des calories ! Et c'est sans compter son retour dans le monde du travail, où la cinquantaine est un tabou...

Juste au moment où elle commence à se débrouiller dans son nouveau boulot, son ancien amant, Jack, réapparaît... Les choses se compliquent, et c'est peu dire.

C'est dans le cadre d'une masse critique privilégiée de Babelio que j'ai reçu La nouvelle vie de Kate Reddy. A réception du roman, j'ai pris peur : ce livre est un pavé !! J'espère que je vais l'aimer parce que là, y'a du lourd. Bon déjà, j'adore la couverture toute colorée, et après lecture de la quatrième de couverture, je me suis dis que ça allait le faire.

Kate Reddy, est une femme approchant de la cinquantaine. Autant dire que cela l'effraie. Elle est maman de deux adolescents et doit gérer la crise d'adolescence de sa fille. Son mari qui ne travaille plus est en formation de thérapeute et du coup les finances du foyer ne sont pas au beau fixe. Surtout que la maison qu'ils ont acheté nécessite de gros travaux, et donc de gros frais. Kate n'a donc pas le choix, elle doit retrouver du travail. Autrefois femme active dans une grosse société, elle avait quitté son travail pour s'occuper de ses enfants. Malheureusement, son âge est un frein pour retrouver un emploi. Aussi lorsqu'elle a la possibilité d'être embauchée pour un remplacement, elle décide alors de se rajeunir de 7 ans et donc de mentir sur son âge. 

Honnêtement, j'ai adoré ce livre ! Kate Reddy est extraordinaire ! Elle décrit parfaitement les effets de l'âge, les crises d'adolescence à gérer, les soucis financiers etc... Kate doit gérer tellement de choses seule que c'en est parfois effrayant. Elle se retrouve prise en sandwich entre sa vie de famille, sa vie professionnelle. Alors quand enfin, elle décroche ce nouveau job, elle se dit qu'elle ne laissera pas passer cette chance. Mais comment faire, losrqu'en plus de tous les problèmes du quotidien, on doit en plus gérer la ménopause et ses inconvénients ? Et comment faire, quand en plus de tout cela, son ancien amant réapparaît ?

La nouvelle vie de Kate Reddy parle de sujets d'actualité. En effet, Allison Pearson aborde la dangerosité des réseaux sociaux, la ménopause, l’infidélité, l'inégalité hommes/femmes, l'éducation et tout un tas d'autres thèmes. Mais ce que j'ai surtout aimé c'est que ces sujets sont abordés avec humour, on ne tombe jamais dans le patho ou encore dans du tragico-comique. Kate Reddy se pose 1001 questions, on la sent à bout de souffle parce qu'elle doit être sur tous les fronts en même temps et que bien sûr, Superwoman n'existe que dans les comics. Bref, Kate Reddy c'est vous, c'est moi, c'est une femme d'aujourd'hui.

Ce roman est un bonheur à lire, tantôt touchant, tantôt drôle, pas un moment je ne me suis ennuyée en le lisant. il ya des scènes vraiment hilarantes et d'autres quasi bouleversantes. Je le recommande vraiment à toutes les femmes qui se sentent au bout du rouleau.

La nouvelle vie de Kate Reddy a été pour moi une véritable bouffée d'oxygène. Il est disponibles aux éditions Le cherche-midi.


lundi 4 juin 2018

Le silence et la fureur - Natalie Carter & Nicolas d'Estienne d'Orves

Synopsis : Un lac perdu de l’Ontario, et au milieu, une petite île escarpée où souffle le vent mauvais du soupçon.
Max King, pianiste adulé dans le monde entier, y vit reclus dans sa maison, prisonnier de ses obsessions et de ses cauchemars.
Il y a dix ans, un drame l’a condamné au silence : la moindre note sur le clavier provoque en lui d’effrayantes douleurs.
Pour cet immense artiste, la musique est devenue un bourreau.
Mis à part sa gouvernante, Max King ne voit personne. Ni sa femme Fiona, ni son fils Luke, qui a quitté l’île et que tout le monde surnommait le « petit prince ».
Un futur pianiste de génie, comme son père.
Le retour de Luke résonnera comme un cataclysme sur cette terre maudite.
Et du silence jaillira bientôt la fureur.


C'est dans le cadre de mon partenariat avec les éditions XO que j'ai reçu ce livre. Je ne connais pas les auteurs. C'est un livre écrit à 4 mains. Mais le résumé suffit pour m'intriguer. 

Dans le silence et la fureur, nous nous retrouvons dans une maison recluse sur une île. Dans cette maison, vit Max King, pianiste adulé à une époque, mais qui vit désormais comme un ermite. Seule sa gouvernante vient tous les jours pour s'occuper de lui, de ses repas, et de l'intendance. Si à une époque, Max King était un brillant pianiste, aujourd'hui il ne supporte que le silence. La musique le faisant entrer dans des crises terribles. Qu'est-il arrivé à ce grand pianiste ? C'est là toute l'intrigue. Et c'est le retour de Luke, le fils de Max qui nous apportera les réponses, mais qui va également bousculer le quotidien de Max.

L'histoire est posée. Le silence et la fureur est un huis clos terriblement angoissant, voire même étouffant. Tout tourne autour de Max et de la routine instaurée depuis le drame. Quel drame ? On ne le sait pas tout de suite, on va l'apprendre au fil de notre lecture. Tout au long du livre, on va s'interroger, se demander ce qui a pu arriver. Comment un tel passionné de musique en est-il arriver à ne plus pouvoir la supporter ?

L'idée de base est, je trouve, vraiment bonne. On sait qu'un drame a eu lieu et que c'est à partir de là que tout a basculé pour Max King et les autres habitants de l'île, mais on ne sait pas quoi. Et c'est le fil rouge du roman, ce fil rouge qui va nous donner envie de toujours tourner les pages sans reposer le livre. Les auteurs vont nous faire douter, vont nous laisser penser des choses, mais la révélation finale sera tout autre.

Le silence et la fureur est un excellent thriller psychologique et les personnages sont vraiment bien travaillés. Personnellement, j'ai beaucoup aimé, et je dois dire qu'on n'est pas passé loin du coup de coeur.

Avec le silence et la fureur, faîtes une virée en Ontario sur une île terriblement angoissante.