jeudi 10 mars 2016

Interview Portrait Chinois : Mickael Parisi

Pour cette nouvelle interview, je vous propose de découvrir Mickael Parisi.

Tout d'abord, Mickael, merci à toi de t'être prêté au jeu avec autant d'enthousiasme. Peux-tu nous parler un peu de toi ?

 Comment me définir ?
Je suis Lyonnais (je sais, ça commence mal), auteur de Néant, l'autoproclamé livre le plus trash de 2016, je suis également le spécialiste mondial du poulet paprika et un grand amateur de voyages (je parle des vrais voyages, pas de Londres et de l'Espagne ^^). Je suis quelqu'un de sympa mais avec peu de monde. Lorsque je vais crever, je lèguerais tout à mon chat. Mon deuxième roman n'arrivera que lorsque j'aurais largement battu Manu Valls (aka Petit Zizi) en terme de ventes de livres (la barre n'est pas très haute, on devrait s'en sortir). 

J'adore tes réponses, passons aux questions, 

Si tu étais une émission de télévision ? 
Je serais "Tout le monde en parle" l'émission présentée à l'époque par Thierry Ardisson et Laurent Baffie. Les meilleurs moments de télévision jamais vus, de vrais invités de tous horizons, une époque où il y'avait de vraies stars, de vrais écrivains, de vrais débats. Je mate très peu la télé à part quelques talks-shows et le décolleté de Léa Salamé.
 
Si tu étais un défaut ? 
La médisance. Dire du mal du monde qui m'entoure est un boulot à plein temps. Je suis heureux de vivre dans un monde aussi pourri. 

Si tu étais une personnalité célèbre ?
Le "célèbre" est peut etre en trop. Avoir une personnalité me semble déja fort. Beaucoup de personnes en sont dénuées et sont des suiveurs, des moutons et donc des petites putes.
Je choisirais Kanye West. Génie incompris, une partie de la population ne comprend pas ce personnage. Kanye est sans contestation possible la meilleure chose qui soit arrivée a la pop music ces 20 dernieres annees, n'en déplaise aux haineux ou aux bornés. Il ne faut pas s'arrêter à la surmédiatisation de son couple, ni à ses phrases sorties de nulle part. Il faut juste écouter toute sa discographie, et pleurer de joie comme chaque humain devrait le faire.
 
Si tu étais une saison ? 
Je serais le printemps. Aucune raison, aucune explication. 
 
Si tu étais un métier ?
Je serais tueur à gages. Certains diront que ce n'est pas un métier. Pour moi, tout travail rapportant de l'argent est un métier. Prostituée est un métier. 
La majorité des gens puisent leur identité à travers leur métier. Quand on rencontre quelqu'un dans une soirée, elle vous demande "que faites-vous dans la vie ?". Un choix de question ridicule, car pour beaucoup de personnes, le métier ne reflète en rien leurs vraies personnalités. 
Pour conclure, le choix de tueur à gages me parait etre le seul choix reellement crédible. Un métier qui a un sens véritable. Une brillante forme d'autoentreprenariat. 

Et pour finir, un petit mot pour mes lecteurs ?
Cessez d'enrichir les debiles mentales d'Internet et lisez Néant. Plus vous me donnerez de la force, et plus j'oeuvrerais a exterminer la mediocrité du net. Pas de tapinage pour moi au salon du livre cette année, mais vous pouvez m'envoyer vos insultes et vos mots d'amour sur Twitter : @Mikouparisi.


Vous pouvez retrouver ma chronique de Néant ici : http://aubazaardeslivres.blogspot.fr/2016/02/neant-michael-parisi.html
 

1 commentaire:

  1. Si le livre est comme ses réponses, il faut vite que j'y plonge! :p

    RépondreSupprimer