dimanche 15 mai 2016

Des larmes, un peu, à la folie, plus du tout - Anna Owerka

SynopsisJe suis un roman comme les autres mais, mon histoire, nul ne la connaît encore. Tu ne trouveras pas en moi les standards de la littérature, je suis de ces histoires inédites. Mes personnages sont meurtris, sans pénétrer pour autant l’antre du pathétique. Domi, Victoire et Yvette affrontent leurs difficultés psychologiques et sociales dans une passe à l’as de cœur ; même si, sur leur table, est retourné l’as de pique. Je t’offre l’histoire de Victoire, jeune avocate promue à une destinée sans écueil. De l’enfance à l’âge adulte, elle a combattu ses propres désirs jusqu’au jour où : action… Je te confie Domi, cet être ambigu et rentier, engagé dans « le fou sauvetage » de sa mère, ancienne diva tombée en état de catatonie. Folie, absurdité, réalité ? Plus tard, je te présenterai Yvette, main maternelle, petite femme chétive, banlieusarde parisienne, arrivée dans l’histoire de Victoire d’abord...

J'ai reçu ce roman en SP. Je dois dire que j'ai un peu reporté la lecture de ce livre, parce qu'avec le résumé je pressentais un roman fort en émotion. Et que j'avais eu mon lot d'émotion dans ma vie privée. Mais bon, il faut aussi honorer les demandes. Et du coup voilà, je l'ai lu. 

Dans ce livre, nous faisons la connaissance de Domi. Domi tout court, c'est son prénom. Domi vit avec sa mère qu'il tente de sortir de l'état catatonique dans lequel elle se trouve. Cette ancienne diva ne parle plus. Elle vit comme une automate. Domi tente par tous les moyens de l'aider. Domi ira alors jusqu'à l'extrème pour y arriver.

Victoire quant à elle, est une jeune femme brillante promue à un avenir sans nuages. Victoire, fille de la bourgeoisie, éduquée strictement, sans effusion de sentiments. Sa mère mise tout sur elle. Elle entend diriger sa vie comme elle souhaite qu'elle soit. Oui mais Victoire elle, son souhait c'est de faire de l'humanitaire. 

Et puis Yvette, qui va d'abord entrer dans la vie de Victoire, qui va la prendre sous son aile comme une mère. 

Nous allons suivre tour à tour l'avancée de ces 3 personnages dans leur vie respective. Leur chemin vont se croiser et leur offrir peut être alors une nouvelle vie.

Je ne vous en dirai pas plus, parce qu'il y a des éléments de l'histoire qui ne doivent absolument pas être spoilés. Ce livre est un petit bijou, une merveille. J'ai vraiment beaucoup aimé. A travers ces 3 parcours de vies différents, on ressent bien la détresse, la tristesse et les déceptions de chacun des protagonistes. Et on se demande bien ce que le destin leur réserve. Et puis la rencontre des 3 va être l'élément déclencheur. D'abord Yvette et Victoire, puis ensuite Domi se joindra à eux. Comment ces 3 êtres abîmés par la vie se retrouvent sur la même route, au même endroit ? Le destin sans aucun doute. 

La plume de l'auteur est tellement agréable que je n'ai pas vu le temps passé, et je suis arrivée à la fin sans m'en rendre compte. C'est un livre qui dégagent énormément d'émotions, de sentiments,de rage, de frustrations. Mais c'est également un roman qui met en avant les relations humaines. Comment une main tendue peut tout changer dans la vie de quelqu'un ? Ce livre montre que malgré la dureté de la vie, le destin peut parfois nous amener à croiser des gens qui peuvent l'adoucir. 

Ouvrir ce livre, c'est se dire que même si on se retrouve un moment donné au plus bas, on peut toujours surmonter les épreuves pour s'en sortir. Je dois avouer que personnellement ce roman est tombé à pic. Je l'ai lu au bon moment. Après l'avoir refermé, on reste très attaché à ces 3 personnages forts et attachants.

Je n'ai qu'un conseil à vous donner : laissez vous tenter ! 

Un grand merci à Anna Owerka pour sa confiance. Sans le savoir, ce livre m'a fait un bien fou, et m'a fait ouvrir les yeux sur certaines choses. La vie continue, malgré toutes les épreuves qu'on peut traverser.


1 commentaire:

  1. Je suis émue d'avoir pu faire passer un message optimiste. J'ai écrit une histoire sans contrôle, sans calcul. Ma vie est faite de mélancolie, d'humour et d'espoirs. J'ai longtemps cherché l'extraordinaire et, je l'ai trouvé dans la simplicité. Je vous remercie, Delphine, de me démontrer que je n'ai pas eu tort d'oser parler de mon roman. Toujours un nuage se pousse pour laisser passer la lumière, toujours.

    RépondreSupprimer